BFMTV

Ukraine: retour sur les événements du 2 mars

La base militaire de Perevalnoyia occupée par l'armée russe

La base militaire de Perevalnoyia occupée par l'armée russe - -

Après le feu vert obtenu samedi par Vladimir Poutine pour une intervention armée russe en Ukraine, Kiev a décrété l'état d'alerte et les membres de l'Otan se sont réunis en urgence dimanche. Aucun affrontement n'a cependant été rapporté et la pression occidentale s'est accentuée.

La Russie dans les starting-blocks. Alors que Vladimir Poutine a obtenu du Sénat russe l’autorisation d’une intervention armée en Ukraine, Kiev a décrété l’état d’alerte. Une situation jugée très préoccupante par la communauté internationale, à tel point que réunions et appels d’urgence se succèdent. Les ambassadeurs des 28 pays membres se retrouvaient ainsi dimanche à 13h au siège de l'Alliance atlantique à Bruxelles.

La veille, le Conseil de sécurité des Nations unies s'était réuni à New York, et une rencontre entre ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne est programmée pour lundi.

Ce live est maintenant terminé, retrouvez la synthèse des événements ici.

21h36 - Vladimir Poutine accepte un "groupe de contact" pour "entamer un dialogue" fait savoir Angela Merkel

Vladimir Poutine a accepté une proposition d'Angela Merkel sur la création d'un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine, a indiqué dimanche le gouvernement allemand, après un entretien téléphonique de la chancelière allemande avec le président russe.

20h55 - L'Otan appelle au déploiement d'observateurs internationaux en Ukraine

L'Otan a appelé dimanche la Russie et l'Ukraine à rechercher une "solution pacifique" à la crise à travers le "dialogue" et le déploiement d'observateurs internationaux", a annoncé son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen. Il a aussi indiqué que l'Alliance atlantique entendait dialoguer avec la Russie à travers leur outil de coopération, le Conseil Otan-Russie.

18h07 - Ukraine: le commandant en chef de la marine annonce qu'il prête allégeance aux autorités pro-russes de Crimée

Le commandant en chef de la marine ukrainienne, l'amiral Denis Berezovski, annonce qu'il prête allégeance aux autorités pro-russes de Crimée, au cours d'une conférence de presse à l'état-major de la flotte russe à Sébastopol.

L'amiral Berezovski avait été nommé vendredi à la tête de la marine ukrainienne par le président par intérim Olexandre Tourtchinov.

16h20 - François Hollande s'entretient de la situation en Ukraine avec Ban Ki Moon

L'Elysée a fait savoir dans un communiqué que le président français a rappelé au Secrétaire général des Nations unies: "sa très vive inquiétude concernant les risques d’escalade militaire à la suite de la décision du Conseil de la Fédération de Russie d’autoriser l’envoi de troupes en Ukraine".

Selon François Hollande, les principes qui doivent guider une solution à la crise actuelle sont: "le respect de l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine ; la reconnaissance de la diversité ethnique, linguistique et culturelle de la population ukrainienne ; l’organisation de l’élection présidentielle de manière transparente et incontestable".

15h14 - Berlin met Moscou en garde contre une nouvelle division de l'Europe

"Nous appelons de toute urgence la Russie à s'abstenir de toute atteinte à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine", déclare le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. "Nous sommes sur la voie très périlleuse qui conduit à une aggravation de la tension. Une inversion est encore possible. Une nouvelle division de l'Europe peut encore être évitée" ajoute-t-il.

15h00 - La Russie risque sa place au sein du G8, selon John Kerry

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry met fermement en garde la Russie dimanche sur le risque de perdre sa place au sein du G8 si Moscou poursuit son incursion militaire en Crimée, dans le sud de l'Ukraine. Le président Vladimir Poutine "pourrait ne pas avoir de (sommet du) G8 à Sotchi, il pourrait même ne pas rester au sein du G8 si cela continue", prévient-il sur la télévision américaine NBC.

14h50 - Ambiance tendue au QG de la Marine ukrainienne à Sébastopol

L'ambiance est très tendue au QG de la Marine ukrainienne à Sébastopol, en Crimée, comme en témoigne cette photo d'un sniper prêt à tirer prise par Will Vernon, photographe de la BBC sur place, qu'il a publiée sur son compte Twitter:

Here's that sniper, caught by my better-photographer producer @BBCWillVernon: Ukrainian Navy HQ in #Sevastopol pic.twitter.com/rvQTTyjYIu
— Mark Lowen (@marklowen) March 2, 2014

14h43 - Manifestation à Varsovie contre l'agression russe en Crimée

Plusieurs centaines de personnes se rassemblent devant l'ambassade de Russie à Varsovie pour protester contre l'agression russe en Crimée. La Pologne, très active pour sensibiliser à la question ukrainienne, a demandé samedi soir la convocation d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, se sentant menacée par l'intervention armée potentielle de la Russie en Ukraine voisine.

14h28 - A Odessa, Maïdan manifeste dans le calme

A Odessa, des manifestants du Maïdan pro-Européens manifestent dans le calme, selon Harold Hyman, spécialiste de géopolotique de BFMTV. Selon Karima Delli, députée européenne à la tête de la délégation EELV sur place, l'humeur des manifestants ce résume ainsi: "Nous parlons russe, mais nous sommes ukrainiens et opposés à la partition".

Une base russe vers la Moldavie inquiète les gens du Maïdan à Odessa.

14h19 - Londres suspend sa participation aux préparatifs du G8 de Sotchi

Après la France, c'est tour de l'Angleterre de suspendre sa préparation aux préparatifs du G8 de Sotchi. Le ministre des Affaires étrangères William Hague a annoncé dimanche que le Royaume-Uni suspendait sa participation aux réunions préparatoires du G8 de Sotchi, avant de se rendre à Kiev. "Le Royaume-Uni va se joindre à d'autres pays du G8 cette semaine en suspendant notre coopération sous l'égide du G8 (...) et ensuite nous allons garder cette approche pour les prochaines réunions du G8 jusqu'à nouvel ordre", annonce sur la chaîne de télévision Sky News le chef de la diplomatie britannique.

13h35 - Des soldats ukrainiens prisonniers de leur propre caserne

Ces jeunes militaires sont retenus par un millier de soldats russes à l'intérieur d'une caserne située sur la base de Perevalnoyia à Sebastopol, en Crimée, rapporte notre envoyé spécial Patrick Sauce. Les hommes armés veulent contraindre les Ukrainiens à rendre les armes, a annoncé le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué. "La 36e brigade des gardes-côtes à Perevalne est bloquée par un millier d'hommes armés et une vingtaine de camions. Il y a un risque d'assaut", a indiqué le ministère ukrainien.

Ces jeunes soldats ukrainiens sont prisonniers de leur propre caserne, entourés par les Russes. A suivre sur @bfmtv pic.twitter.com/p53ymmv2bg
— Patrick Sauce (@SaucePatrick) 2 Mars 2014

13h20 - La Russie "menace la paix et la sécurité en Europe", selon l'Otan

L'action de la Russie en Ukraine "menace la paix et la sécurité en Europe", et Moscou doit "cesser ses activités militaires et ses menaces" sur ce pays, a affirmé dimanche le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen.

"Ce que fait la Russie en Ukraine viole les principes de la Charte des Nations unies. Cela menace la paix et la sécurité en Europe. La Russie doit cesser ses activités militaires et ses menaces", a affirmé Rasmussen, juste avant une réunion des ambassadeurs des 28 pays membres de l'Alliance atlantique sur la crise en Ukraine.

"Aujourd'hui, nous allons discuter de leurs implications pour la paix et la sécurité en Europe, et pour les relations de l'Otan avec la Russie", a-t-il ajouté.

13h05 - La France "suspend" sa participation aux réunions préparatoires du G8 de Sotchi

La France a décidé dimanche de "suspendre" sa participation aux réunions préparatoires du G8 de Sotchi prévu en juin, a-t-on appris de source diplomatique à l'Elysée.

"Nous avons suspendu notre participation aux réunions préparatoires qui vont se tenir dans les prochains jours", a-t-on déclaré de même source, précisant que cette décision avait été "entérinée" lors d'une "réunion de crise" à l'Elysée entre François Hollande et Laurent Fabius.

13h - La base ukrainienne Perevalnoyia occupée par les Russes

La base militaire de Perevalnoyia est occupée par l'armée russe, a signalé notre envoyé spécial dans un tweet.

@bfmtv est à Perevalnoyia, base militaire ukrainienne occupée depuis ce matin par les Russes. pic.twitter.com/gY0d2XtUcF
— Patrick Sauce (@SaucePatrick) 2 Mars 2014

12h40 - Une réunion de crise s'est tenue à l'Elysée

Une "réunion de crise" sur la situation en Ukraine s'est tenue dimanche matin à l'Elysée autour du président François Hollande et du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a indiqué une source diplomatique à l'Elysée.

"Le président et le ministre des Affaires étrangères ont tenu une réunion de crise à l'Elysée pour évaluer la situation en Ukraine et examiner les moyens d'éviter une escalade militaire", a-t-on déclaré de même source.

12h25 - L'Ukraine accuse la Russie de lui avoir "déclaré la guerre"

L'Ukraine se "trouve au bord du désastre", à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie, a déclaré dimanche le Premier ministre Arseni Iatseniouk.

"C'est l'alerte rouge. Ce n'est pas une menace, c'est en fait une déclaration de guerre à mon pays", a-t-il dit. "Nous appelons le président (russe Vladimir) Poutine à retirer ses forces armées" d'Ukraine, a-t-il ajouté.

12h - "Russie protège-nous du fascisme"

Quelques militants pro-russes, réunis sur la place de l'administration régionale de Simferopol, brandissaient des pancartes sur lesquelles était inscrit "Russie protège-nous du fascisme", a constaté un correspondant de l'AFP.

"Russie protège-nous du fascisme" disent ces pancartes, sur la place de l'administration régionale de #Simferopol pic.twitter.com/rxjdPK5llu
— Paul Gypteau (@paulgypteau) 2 Mars 2014

11h - L'Ukraine va mobiliser ses réservistes

L'Ukraine va mobiliser ses réservistes afin d'assurer la sécurité et l'intégrité de son territoire, a annoncé dimanche le responsable du Conseil de sécurité nationale, alors que Kiev dénonce une "agression armée russe".

"Le ministère de la Défense doit appeler à travers l'Ukraine tous ceux dont les forces armées ont besoin en ce moment", a souligné le responsable du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï, dans une déclaration télévisée. Cette mesure doit permettre selon lui "d'assurer la sécurité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", après la "violation par la Russie des accords bilatéraux, notamment concernant la flotte de la mer Noire".

10h40 - la France veut "suspendre" les préparatifs du G8 de Sotchi

La France souhaite "que soit suspendue la préparation du G8 de Sotchi" prévu en juin et condamne "l'escalade militaire russe" en Crimée, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française Laurent Fabius sur la radio Europe 1.

"Nous condamnons l'escalade militaire russe", a déclaré Fabius, ajoutant que Paris souhaitait "que soit suspendue la préparation du G8 de Sotchi tant que nos partenaires russes ne sont pas revenus à des principes conformes à ceux du G7 et du G8".

10h15 - Des hommes armés non identifiés devant le Parlement de Crimée

Comme la veille, des hommes armés non identifiés ont fait à nouveau leur apparition devant le Parlement de Crimée, à Simferopol., ont indiqué des journalistes de l'AFP.

#Ukraine Des hommes armés non identifiés devant le parlement de Crimée, à Simferopol #AFP pic.twitter.com/5moyKtW87q
— Agence France-Presse (@afpfr) 2 Mars 2014

09h15 - La capitale de Crimée calme, la statue de Lénine surveillée

La situation était calme ce matin à Simferopol, la capitale de Crimée, a constaté notre envoyé spécial, présent sur place, alors que la veille, le quartier du Parlement était en état de siège, et des tirs avaient été entendus.

"Simferopol ce matin: pas un soldat en vue, accès libre devant les bâtiments administratifs. Un seul monument surveillé: la statue de Lénine", écrit Patrick Sauce dans un message posté sur son compte Twitter.

Simferopol ce matin: pas un soldat en vue, accès libre devant les bâtiments administratifs. Un seul monument surveillé: la statue de Lénine.
— Patrick Sauce (@SaucePatrick) 2 Mars 2014

09h - La situation en Crimée rappelle le scénario en Géorgie

Le recours aux forces armées russes a été approuvé à l’unanimité par le Parlement. La Russie, sans hésiter, est prête à intervenir en Ukraine pour assurer la sécurité d’une population qui lui est largement acquise en Crimée. Un scénario très similaire à celui de la guerre russo-géorgienne de 2008, où deux provinces géorgiennes ont pu faire sécession grâce à l’aide russe.

08h50 - Distribution de soupe pour les manifestants à Kiev

Sur la place Maïdan, un service collectif de soupe était offert ce matin pour les manifestants pro-européens.

#Ukraine Service collectif de soupe pour les manifestants, place de l'Indépendance à #Kiev #Ukraine #AFP pic.twitter.com/VCHkBVdRDt
— Agence France-Presse (@afpfr) 2 Mars 2014

08h20 - Pourquoi la Crimée est-elle une république autonome?

Depuis la chute du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, les tensions se propagent en République autonome de Crimée, péninsule de la Mer Noire rattachée à l'Ukraine par le sud. Pourquoi la Crimée a-t-elle un statut à part? Et pourquoi est-elle le théâtre de si vives tensions? Les réponses ici.

08h - Mise en garde d'Obama à Poutine

Samedi, les Etats-Unis ont exigé de la Russie qu'elle replie ses forces déployées en Crimée, faute de quoi elle s'exposait à un isolement international et à un impact "profond" sur ses relations avec Washington.

Lors d'un appel téléphonique de 90 minutes, Barack Obama a affirmé à son homologue Vladimir Poutine qu'il avait violé la loi internationale en déployant des soldats russes en Crimée, et l'a appelé à "faire baisser les tensions en repliant ses forces dans leurs bases de Crimée".

Un peu plus tôt, l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power avait réclamé le retrait des renforts russes de Crimée et suggéré l'envoi d'"observateurs internationaux" en Ukraine, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité à New York.

|||>> L'ESSENTIEL

• Moscou vote pour une intervention armée russe en Ukraine

• Poutine prêt à intervenir en Ukraine pour "protéger ses intérêts et ses citoyens"

• Les Etats-Unis exigent de la Russie qu'elle replie ses forces déployées en Crimée

• L'alliance Atlantique convoque une réunion avec les pays membres de l'OTAN

M.G. et C.P et E. M. avec AFP