BFMTV

États-Unis: Joe Biden et Kamala Harris débutent leur "transition" cette semaine

Joe Biden et Kamala Harris à Wilmington, dans le Delaware, le 5 novembre 2020

Joe Biden et Kamala Harris à Wilmington, dans le Delaware, le 5 novembre 2020 - JIM WATSON © 2019 AFP

Dès ce lundi, le duo vainqueur de l'élection présidentielle américaine a rendez-vous avec le comité consultatif de transition du Covid-19. Il détaillera ses plans afin de lutter contre la pandémie.

"Mettons-nous au travail." Alors même que Joe Biden n’est pas encore intronisé président des États-Unis malgré sa victoire sur Donald Trump annoncée samedi, sa vice-présidente Kamala Harris a fait part de sa volonté de restaurer rapidement "l'âme de l'Amérique." Et les préparatifs de leur accession à la Maison Blanche se font avec deux priorités annoncées: la lutte contre le Covid-19, qui fait des ravages outre-Atlantique, et la réconciliation d’une Amérique divisée.

Reste que cette période de transition ne s’annonce pas de tout repos pour le ticket démocrate en raison de l’attitude de l’actuel président Donald Trump, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite. L’intronisation officielle de Joe Biden doit avoir lieu le 20 janvier prochain à Washington.

Des premiers jours axés sur le coronavirus

Pourtant, dès ce lundi, Joe Biden et Kamala Harris entament leur calendrier de transition. Depuis Wilmington dans le Delaware, fief de Biden, tous deux recevront un briefing du comité consultatif de transition sur le Covid-19. Lors de cette rencontre, le président-élu prononcera une allocution où il détaillera ses plans pour endiguer la pandémie aux Etats-Unis, où elle a déjà fait plus de 237.000 morts.

Ce lundi également, un groupe de travail composé de 12 membres verra le jour afin de lutter contre la maladie. Comme le signale The Guardian, il sera présidé par l'ancien chirurgien général, le Dr Vivek Murthy, et l'ancien commissaire à l'administration des aliments et des médicaments, le Dr David Kessler.

Le groupe doit mettre en place les promesses de Joe Biden en ce qui concerne la situation sanitaire, dont la création d’un corps d’emploi spécialisé ainsi qu’une augmentation de la production de masques et un meilleur tracing des cas contacts.

Constitution du gouvernement

Autre tâche d’ampleur pour le duo Biden-Harris, la constitution d’une administration. SI aucun calendrier n’a été défini à ce sujet, ces derniers avaient promis un gouvernement qui reflète les États-Unis, composé de femmes et de personnes de couleur.

Cependant, la majorité au Sénat, qui devrait se jouer lors de scrutins serrés en Géorgie en janvier, pourrait toutefois influer sur ses choix. Si les Républicains conservent la main à la chambre haute, leur chef Mitch McConnell pourrait refuser de confirmer des personnalités trop à gauche à son goût.

L'attitude de Donald Trump dans les prochains jours pèsera aussi sur la marge de manoeuvre de Joe Biden jusqu'au 20 janvier. Pour lui donner accès aux agences fédérales, il faut en effet qu'un haut fonctionnaire enclenche le processus de transition.

Détricoter l’héritage de Trump

C’est en tant qu’antithèse de Donald Trump que Joe Biden s’est lancé dans la course à la Maison Blanche. Sur le site de campagne du Démocrate, un slogan sans équivoque, Build Back Better, "reconstruire mieux" en version française, laissait imaginer que les premiers travaux du président-élu devraient consister à détricoter l’héritage laissé par son prédecesseur.

Ainsi, ces prochaines semaines, Joe Biden devrait également prendre une série d’ordres censés annuler plusieurs décisions polémiques de Donald Trump, dont l’interdiction pour les ressortissants de certains pays musulmans de venir aux États-Unis.

Il devra également retisser un lien de confiance avec l’OMS et plusieurs partenaires commerciaux dont la Chine, précise le New York Times. Ces changements pourraient être pris via des executive orders, une directive écrite de la part du président américain qui équivaut à la plus haute autorité du pouvoir américain.

Autre promesse: celle de rejoindre l’Accord de Paris, quitté avec perte et fracas par Donald Trump. Dans un tweet publié mercredi dernier, Joe Biden avait souligné que cette réintégration aurait lieu dans les 100 premiers jours de son mandat.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV