BFMTV

Présidentielle américaine: non, les cloches n'ont pas sonné à Paris en l'honneur de Joe Biden

Une cloche - Photo d'illustration

Une cloche - Photo d'illustration - SAIF DAHLAH / AFP

Plusieurs médias américains ont partagé cette information erronée, poussant les services diocésains à démentir publiquement.

Tout commence par un tweet, diffusé samedi en fin de journée. Après l'annonce de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine par différents médias, mettant ainsi fin à plusieurs jours de suspens outre-Atlantique, une vidéo censée montrer "les cloches sonner à Paris" en l'honneur du candidat démocrate et de sa vice-présidente, Kamala Harris, est devenue virale.

Partagée à de nombreuses reprises et depuis supprimé, le message a été repris par plusieurs médias américains donc la chaîne Fox News ainsi que le journal The Hill. Pourtant, si des cloches de la région parisienne ont bel et bien sonné ce samedi, ce n’est absolument pas en l’honneur de Joe Biden.

Des cloches programmées automatiquement

C’est ce qu’a confirmé dans un premier temps le diocèse de Paris auprès de Libération, qui rapporte qu’aucune cloche n’a vibré à Paris pour cette occasion. En réalité, la vidéo a été tournée à Meudon, dans les Hauts-de-Seine, aux alentours de l’église Notre-Dame de l’Assomption.

Dimanche dans la journée, le diocèse de Nanterre, de qui dépend le bâtiment religieux concerné s’est également fendu d’un communiqué de presse, écrit en français et anglais, afin de clarifier la situation. Selon le document, si les cloches ont bel et bien sonné samedi, c’était simplement pour annoncer la messe de 18h. "La plupart des clochers d’églises sont programmés automatiquement", apprend-on.

Un communiqué qui dénonce l'interdiction des messes

Ce même communiqué rappelle la situation des églises et des autres lieux de culte, à l’heure ou le confinement interdit messes et autres rassemblements religieux.

"Plusieurs paroisses attendaient le retour du conseil d’État et le juge des référés quant à la suspension effective ou non des restrictions prises pendant l’état d’urgence sanitaire, suite au référé liberté déposé par la Conférence des Evêques de France", est-il écrit. Du fait de la réponse négative, et tardive, des autorités, les services diocésains n’ont pu décaler l’heure de la volée de cloches.

"Les évêques, dont celui de Nanterre, déplorent comme ils ont pu l’exprimer hier que les fidèles demeurent ainsi dans l’impossibilité de participer à la Messe, sommet de leur foi et rencontre irremplaçable avec Dieu et avec leurs frères. Demander à pouvoir assister à la Messe n’a rien d’une revendication catégorielle: la prière de l’Église catholique est universelle", est-il conclu.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV