BFM Business

Changement climatique: les Etats-Unis sortent officiellement de l'Accord de Paris

Donald Trump à l'aéroport de Scranton, en Pennsylvanie, le 2 novembre 2020

Donald Trump à l'aéroport de Scranton, en Pennsylvanie, le 2 novembre 2020 - Brendan Smialowski © 2019 AFP

Alors que le scrutin présidentiel américain est toujours aussi indécis, les Etats-Unis sont finalement sortis de l'accord international, signé en 2015, ce mercredi, sur décision de Donald Trump. De son côté, Joe Biden a promis de revenir sur cette décision. 

Tout un symbole au cœur de la lutte électorale actuellement en cours outre-Atlantique. Ce mercredi 4 novembre, les Etats-Unis sont officiellement sortis de l'Accord de Paris, un traité international signé en 205 pour faire face au changement climatique.  

Ratifié par Barack Obama, l'accord avait été rapidement rejeté par Donald Trump, dès 2017. Mais le président américain avait été contraint d'attendre novembre 2019 pour signifier le retrait américain à la Convention cadre des Nations Unies sur le changement en climatique (CCNUCC), puis encore un an pour l'officialisation de cette décision. 

C'est donc chose faite, ce mercredi, quel que soit le résultat de l'élection présidentielle. Si Joe Biden remporte le scrutin, il reviendra au sein de l'accord, a-t-il promis. Concrètement, il faudra attendre son (encore hypothétique) serment le 20 janvier 2021 puis attendre encore 30 jours pour y parvenir. 

Outre les Etats-Unis, l'accord de Paris a été signé par 189 Etats dans le monde et vise à maintenir l'augmentation des températures moyennes dans le monde "bien en dessous" de 2 degrés Celsius d'ici 2100. Six autres pays, dont la Turquie, l'ont signé mais pas ratifié.

Les Etats-Unis et le pétrole

Deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine, les Etats-Unis peuvent néanmoins compter sur les grandes villes et les entreprises du pays, très engagées sur ce plan, pour faire baisser les émissions.  

Le clivage est aussi entretenu par le poids économique du pétrole américain, surtout après l'effondrement du cours du brut lors du début d'année. "Je me détournerai progressivement de l'industrie pétrolière" avait déclaré Joe Biden, la semaine dernière. Une sortie qui lui a probablement coûté des points. Longtemps indécis, le Texas, principal producteur de pétrole de schiste a finalement basculé pour Trump.  

Thomas Leroy Journaliste BFM Business