BFMTV

Mali : revivez la quatrième journée de l'opération "Serval"

Les combattants du groupe islamique Mujao en août 2012.

Les combattants du groupe islamique Mujao en août 2012. - -

L'armée française, "en guerre contre le terrorisme", poursuit son intervention au Mali.

Des jihadistes basés au Mali ont menacé lundi de "frapper le coeur de la France", qui bombarde depuis quatre jours leurs colonnes et leurs positions, leur occasionnant de lourdes pertes. Suivez, ici, les derniers événements en direct.

>> Retrouvez la synthèse des événements de la quatrième journée de l'opération "Serval"

20h32 - Des militaires nigérians seront envoyés au Mali "avant la semaine prochaine"

Des troupes envoyées par le Nigeria seront au Mali "avant la semaine prochaine", annonce lundi le président nigérian Goodluck Jonathan, recevant dans sa résidence officielle un groupe de diplomates accrédités dans le pays.

"Nos équipes techniques sont déjà au Mali. Donc, sans aucune doute, les troupes nigérianes seront au Mali avant la semaine prochaine," précise-t-il.

19h50 - Une collecte de fonds organisée par la diaspora malienne
Les Maliens de la diaspora ont lancé une collecte de fonds pour aider l'armée malienne face aux combattants islamistes, annonce lundi le président du Haut conseil des Maliens de l'extérieur, Habib Sylla, basé à Libreville.

19h41 - L'Algérie ferme ses frontières avec le Mali
Je confirme" la fermeture des frontières avec le Mali, indique le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Amar Belani. "Nous avons informé la partie malienne des dispositions prises pour la fermeture de la frontière", déclare-t-il.

19h38 - Hollande en passe de s'envoler pour les Emirats arabes unis
Le président français s'apprêtait lundi en début de soirée à s'envoler pour les Emirats arabes unis, pour un déplacement en partie consacré à la question de l'intervention militaire française au Mali. "Même à distance, les décisions sont prises par le président de la République, chef des armées", souligne-t-on.

19h20 - Une colonne d'engins militaires français a traversé le poste frontière ivoirien de Pôgô
"Cette colonne est venue d'Abidjan et était applaudie par une foule immense dans les villes et villages qu'elle a traversés jusqu'à la frontière", selon un habitant joint au téléphone.

19h07 - L'Algérie soutient finalement la France
Alger, initialement réticente à une intervention militaire dans le conflit malien, soutient maintenant l'opération française contre les islamistes au Mali. Le pays autorise désormais le survol de son territoire par l'aviation française.

18h46 - Damien Boiteux "a fait son travail en risquant sa vie pour la paix"
La mère du lieutenant français tué au Mali s'est confiée à la veille d'une cérémonie d'hommage national à Paris. Cette disparition est "tragique" et "très dure", affirme Marie-Claire Boiteux, jointe par téléphone au Russey, dans le Doubs.

A LIRE AUSSI : Pour sa mère, Damien Boiteux a fait son travail

18h20 - Le Drian s'entretiendra mardi avec le ministre des Affaires étrangères malien
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'entretiendra mardi en fin d'après-midi à Paris avec le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly.

18h17 - "Notre objectif est d'éviter l'effondrement du pays"
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a redonné les trois objectifs de cette intervention militaire au Mali lors d'un point presse.

17h45 - Réunion exceptionnelle des ministres des Affaires étrangères de l'UE cette semaine
Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) tiendront "cette semaine" une "réunion exceptionnelle sur le Mali", annonce lundi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius. "Nous y prendrons des décisions afin d'accélérer le déploiement de la mission de formation et de conseil de l'Union européenne auprès de l'armée malienne", ajoute-t-il, saluant les promesses d'aide de la Grande-Bretagne, de la Belgique et d'autres pays.

17h40 - Jean-Marc Ayrault "souhaite" un débat sans vote "rapidement" au Parlement
Le Premier ministre a affirmé lundi qu'il souhaitait "rapidement" un débat sans vote au Parlement sur l'intervention française au Mali, à trois heures d'une rencontre à Matignon lors de laquelle il doit informer les responsables parlementaires.

17h33 - Le Niger prêt à réarmer 500 soldats maliens sur son sol pour combattre les islamistes

17h06 - "Les jihadistes ont subi des pertes sérieuses"
Tiéman Hubert Coulibaly, le ministre des Affaires étrangères du Mali, est intervenu sur le plateau de BFMTV.

>> A LIRE AUSSI : Quels sont les alliés de la France ?

17h - Attaque de Spams depuis le début de l'intervention française
Selon le blog Rézonances hébergé par le Monde Interactif plusieurs compte officiels français sont victimes d'une attaque de spams. Sur la page Facebook du quotidien, des dizaines de commentaires sur le sujet étaient publiés lundi.

Les messages disaient : "levez vos mains de nos freres musulmens au mali. Si non, nous jurons au nom de Dieu que nous allons les defendre et vous faire payer chere. Occupez vous de vos problemes et fichez la paix a nos freres du mali" (sic)

16h47 - Deux camions de matériel médical acheminés au Mali
Selon, le compte Twitter de Médecins sans frontières (MSF) deux camions ont été acheminés pour les structures de santé de Mopti.

#Mali: 2 camions de matériel médical #MSF ont été acheminés pour les structures de santé de #Mopti. bit.ly/TVmzE2
— MSF Suisse (@MSF_Suisse) Janvier 14, 2013

16h10 - Le Premier ministre reçoit lundi soir les responsables parlementaires
Jean-Marc Ayrault reçoit lundi soir à Matignon les principaux responsables de l'Assemblée nationale et du Sénat, promettant un "compte rendu complet" pour répondre à leurs interrogations et demandes de précisions sur l'intervention militaire au Mali.

Outre les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, les socialistes Claude Bartolone et Jean-Pierre Bel, il s'entretiendra à partir de 20h30 avec les présidents des groupes et des commissions des Affaires étrangères et de la Défense des deux chambres.
>> A LIRE AUSSI : L'intervention au Mali : près de 400 000 euros par jour

16h03 - Vigipirate : "La menace est réelle" en France
Le directeur général de la police nationale (DGPN) Claude Baland a envoyé à ses services ses instructions concernant le passage du plan Vigipirate au niveau rouge renforcé, répétant que la "menace (est) réelle" en France.

15h57 : Cérémonie d'hommage national pour le soldat tué
Le ministère de la Défense annonce une cérémonie d'hommage national mardi aux Invalides pour le soldat tué au Mali.

Cette cérémonie d'hommage national au lieutenant Damien Boiteux, du 4e régiment d'hélicoptères des forces spéciales, "mort pour la France", aura lieu mardi à 16h30, indique le service de presse du ministère de la Défense.

15h55 - Le point sur la situation sur place

15h50 - Laurent Fabius annonce un point presse à 17h30
Sur son compte Twitter, le chef de la diplomatie française a annoncé qu'un point presse sur le Mali se déroulerait au Quai d'Orsay.

Je donne un point presse sur la situation au #Mali à 17h30 au quai d'Orsay
— Laurent Fabius (@LaurentFabius) Janvier 14, 2013

15h36 - Bruno Le Roux réclame une "information totale"

"Je souhaite que le gouvernement nous donne tous les éléments sur l'intervention : la façon dont elle a été décidée, pourquoi elle a été déclenchée, dans quel cadre précis l'a-t-elle été, quels sont les moyens que nous avons engagés, et quelle est l'action que nous menons aujourd'hui en matière militaire, l'action que nous menons en matière diplomatique", déclare le président du groupe PS à l'Assemblée nationale. 

15h22 - Nouveau raid de l'aviation française sur Douentza
Les combattants islamistes avaient déjà fui la ville, située à 800 km au nord de Bamako, selon des sources concordantes. "Des avions ont bombardé lundi, plusieurs fois, le quartier général des islamistes de Douentza. Il a été détruit, mais les islamistes n'étaient pas sur place", déclare un habitant, dont le témoignage a été corroboré par d'autres témoins.

>> A LIRE AUSSI : Quelles sont les cibles de la France ?

15h20 - Info BFMTV : Le Conseil des ministres avancé à 9 heures mercredi
Il sera exceptionnellement avancé à 9 heures mercredi pour permettre l'audition de Laurent Fabius, puis Jean-Yves Le Drian à l'Assemblée Nationale.

Jean-Yves Le Drian s'entretiendra avec François Hollande à 10h30, à l'issue du Conseil, avant d'aller devant la Commission de la Défense.

15h16 - Les jihadistes se dirigeraient vers Nara, à proximité de la frontière mauritanienne, selon le compte Twitter du quotidien malien Malijet.

#mali Après Diabaly, les jihadistes se dirigeraient vers Nara... ow.ly/2ufHvE
— Malijet (@Malijetactu) January 14, 2013

15h12 - Soutien logistique et médical de l'Allemagne
L'Allemagne étudie un possible soutien "logistique", "médical" ou "humanitaire" à l'intervention française au Mali, qui est "justifiée", déclare un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères.

15h08 - Les rebelles touaregs "prêts à aider" la France au Mali

15h02 - La presse algérienne fustige l'attitude coloniale de la France
D'abord El Watan épingle l'intervention militaire de la France. "Paris a mis tout le monde devant le fait accompli", critique Hacen Ouali dans son article. De même, l'éditorial du quotidien Liberté s'en prend à l'entrée en guerre de la France.

"La France a ainsi décidé de faire l’impasse sur les résolutions onusiennes pour partir en guerre contre le terrorisme au Sahel. Toute seule. Comme le Serval, elle n’a pas résisté à la tentation épidermique de revenir dans son ancien précarré pour montrer à tout le monde qu’elle est la seule qui connaît le mieux les intérêts des Maliens. Leurs anciens colonisés", peut-on lire dans l'éditorial du quotidien.

14h33 - Les jihadistes menacent la France
Les jihadistes basés dans le Nord du Mali ont annoncé dans la matinée qu'ils allaient "frapper le coeur de la France", selon un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao)..

>> A LIRE AUSSI : "Les Français ont fait du bon travail"

>> A LIRE AUSSI : Ce week-end où la France est entrée en guerre

14h22 - Une famille témoigne de l’enfer de la guerre
BFMTV a rencontré, lundi, une famille ayant fui Gao, une des villes aux mains des rebelles. Hommes, femmes, enfants : ils ont tous fui la dictature islamique que les jihadistes essaient d'instaurer.

14h06 - Niamey convoque un conseil de sécurité nationale

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a réuni lundi un Conseil de sécurité nationale consacré au conflit au Mali voisin. La réunion, qui regroupe l'ensemble des chefs de l'Armée et des forces de défense et de sécurité du pays, vise "la préparation des décisions" que le Niger va prendre sur la Mali, a indiqué Hassoumi Massaoudou, le directeur de cabinet du chef de l'Etat.

13h50 - La mission européenne n'aura aucun rôle de combat
L'Union européenne a réaffirmé que sa mission militaire de formation des troupes maliennes, dont la mise en place va être accélérée dans les prochaines semaines, n'aura aucun rôle de combat. Elle est destinée à former et conseiller l'armée malienne.

13h33 - La ville de Diabali aux mains des jihadistes
La ville de Diabali, à 400 km au nord de Bamako, est tombée aux mains des jihadistes, en dépit de l'intervention française qui bombarde depuis quatre jours leurs colonnes et leurs positions, indique un élu de la ville. Une information confirmée par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

>> A LIRE AUSSI : Guerre au Mali : un ennemi à trois têtes
13h30 - Les obsèques du pilote français célébrées samedi Les obsèques du pilote français de 41 ans mort au Mali, originaire du Russey (Doubs) où résident ses parents, seront célébrées samedi en l'église de la commune, selon la mairie.

13h10 - 63% des Français sont favorables à l'intervention militaire française au Mali, selon une enquête de l'Ifop pour La Lettre de l'opinion publiée lundi.

12h50 - L'Otan n'a pas reçu de demande de la France
L'organisation a par ailleurs salué l'opération lancée par la France au Mali. "La France a engagé une action rapide pour faire reculer l'offensive des groupes terroristes au Mali", déclare la porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu devant la presse. "Nous espérons que de tels efforts permettront de restaurer l'Etat de droit au Mali".

12h00 - Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian seront auditionnés mercredi sur l'intervention de la France au Mali par les commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l'Assemblée.

11h50 - L'Allemagne étudie un possible soutien "logistique", "médical" ou "humanitaire" à l'intervention française au Mali, qui est "justifiée".

"Pour le gouvernement fédéral et le ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, il est clair que l'Allemagne ne laissera pas seule la France dans cette situation difficile", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

11h40 : La Chine n'a soutenu lundi que du bout des lèvres l'intervention militaire française au Mali, en insistant sur le déploiement "aussi vite que possible" de la Force internationale de soutien au Mali (Misma) approuvée par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Pékin défend pratiquement toujours une doctrine de non ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays, tout en appelant généralement à une lutte ferme contre les mouvements islamistes.

11h31 - Mali : quelles sont les cibles de la France ? Pour la première fois, dimanche, l'armée française a bombardé Kidal et Gao, des villes du Nord situées au coeur des territoires contrôlés par les djihadistes. Le point sur les dernières informations en provenance du front malien :

11h10 - Les islamistes se "replient" à l'Est, selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, mais qu'"un point difficile" pour les forces françaises demeurait dans la partie ouest où elles font face à des hommes "extrêmement armés".

"L'évolution de la situation est conforme aux orientations" du président de la République, "elle évolue favorablement", a-t-il déclaré à la sortie d'une réunion à l'Elysée.

11h00 - Des combattants jihadistes ont attaqué la ville de Diabaly, située à environ 400 km au nord de Bamako, dans une zone sous le contrôle des autorités maliennes.

10h30 - L'ancien Premier ministre UMP Alain Juppé a défendu lundi sur France Info l'intervention militaire française au Mali, jugeant que "c'est le terrorisme qui nous fait la guerre".

"Si les terroristes s'étaient emparés du pays, les conséquences auraient été incalculables sur l'ensemble de la zone sahélienne", a argumenté le maire de Bordeaux et ancien ministre des Affaires étrangères. "La menace qui s'aggravait sur Bamako et donc sur l'ensemble du Mali était inacceptable".

9h50 - Le soldat français capturé par les insurgés islamistes lors du raid de commandos français, samedi en Somalie, est décédé de ses blessures.

Une opération de commandos français de la DGSE (service français de renseignement extérieur), lancée dans la nuit de vendredi à samedi pour libérer un des leurs, otage des shebab depuis juillet 2009, s'est soldée par un échec: un autre soldat français a été tué et le sort de l'otage, qui n'a pas été libéré, reste incertain.

>> Lire aussi - "Otage français : pourquoi le raid a échoué ?"

9h00 - Plus de soixante jihadistes ont été tués dimanche dans la seule ville de Gao, dans le nord du Mali, au cours de bombardements intenses des forces françaises.

|||>> L'ESSENTIEL

• Les touaregs sont "prêts à aider" la France au Mali.

• Les jihadistes ont pris la ville de Diabali.
• La France bombarde depuis dimanche les positions des islamistes.

Laure Beaudonnet