BFMTV

Guerre au Mali : quels sont les alliés de la France ?

Avion de transport militaire britannique destiné à soutenir logistiquement l'armée française au Mali

Avion de transport militaire britannique destiné à soutenir logistiquement l'armée française au Mali - -

La France partie vendredi en guerre fait la une de la presse internationale. Mais est-elle partie "toute seule" ? Le point sur ses alliés dans la région.

Dimanche, Laurent Wauquiez confiait ses interrogations quant à l'intervention militaire française au Mali : "La France y va-t-elle toute seule? Qui parmi nos alliés y va avec nous? Comment les Britanniques peuvent participer ? Quel est le soutien des Américains? La France ne doit pas être exposée seule" a lancé l'ancien ministre UMP. Voici quelques éléments de réponses sur les alliés de la France dans la gestion de crise malienne.

Les soutiens en Europe

La Grande-Bretagne a envoyé dimanche un premier avion de transport militaire britannique destiné à soutenir logistiquement l'armée française au Mali. Londres fournit cette aide "à la demande de la France", a précisé dimanche le secrétaire d'Etat britannique chargé de l'Afrique, Mark Simmonds. En revanche, "il n'y aura absolument pas de forces britanniques en situation de combat au Mali" a-t-il assuré.

De son côté, l'Allemagne étudie un possible soutien "logistique", "médical" ou "humanitaire" à l'intervention française au Mali, qui est "justifiée" selon le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères.

>> Retour sur la quatrième journée de l'opération Serval

D'autres pays, comme la Belgique et le Danemark, envisagent de mettre à disposition des moyens techniques, notamment dans le transport aérien.

"L'Espagne et l'Italie, qui ont comme la France des intérêts sécuritaires très forts en Afrique, pourraient être tentés de participer militairement à l'opération. Mais l'Espagne est en plein marasme économique et l'Italie en campagne électorale", souligne le spécialiste de la défense européenne Vivien Pertusot.

Les alliés en Afrique

Les premiers éléments de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest se mettent en place, sous la direction de Shehu Abdulkadir, un général nigérian.

Le Nigeria doit fournir 600 hommes. Le Niger, le Burkina Faso, le Togo, et le Sénégal ont également annoncé l'envoi chacun d'environ 500 hommes, et le Bénin 300.

"Le Tchad devrait fournir également un contingent important. Et d'autres soutiens encore sont annoncés" a indiqué lundi soir Laurent Fabius lors d’une conférence de presse sur le déroulement des opérations.

Initialement réticente à une intervention militaire dans le conflit malien, l'Algérie soutient maintenant l'opération française contre les islamistes au Mali en autorisant "sans limite" le survol de son territoire par l'aviation française.

La position des Etats-Unis

Washington, qui a dit "partager l'objectif de la France de retirer aux terroristes leur sanctuaire dans la région", envisage de lui apporter un appui "logistique", du ravitaillement en vol et des drones de surveillance, a rapporté dimanche un haut-responsable américain. Un soutien de leur part dans "le domaine des communications et du renseignement est également attendu", a fait savoir lundi Fabius.

De son côté, le Canada a annoncé lundi qu'il fournirait un avion de transport C17 pour assurer un soutien logistique à la mission française au Mali.

"Cette mobilisation internationale est essentielle car la France n’a pas vocation à rester seule aux côtés du Mali", estime Laurent Fabius.

Mélanie Godey