BFMTV

BD: blockbusters et pépites, comment s'y retrouver dans une rentrée littéraire foisonnante?

Les Indes Fourbes, la BD événement de la rentrée

Les Indes Fourbes, la BD événement de la rentrée - Delcourt 2019

La rentrée littéraire voit le retour de plusieurs valeurs sûres de la bande dessinée, du facétieux Fabcaro, l’auteur de Zaï, Zaï, Zaï, à Alain Ayroles et Juanjo Guarnido, les auteurs de De Capes et de crocs et Blacksad. Suivez le guide.

Difficile de savoir quoi choisir parmi l'offre toujours plus pléthorique de BD, en cette rentrée littéraire. D’autant que le mois de septembre voit le retour de plusieurs valeurs sûres du 9e art, du facétieux Fabcaro, l’auteur de Zaï, Zaï, Zaï, à Alain Ayroles et Juanjo Guarnido, les auteurs de De Capes et de crocs et Blacksad. Biographies dessinées, adaptations littéraires, récits d’humour ou d’aventure, science-fiction… Suivez le guide. 

De Zola à Goscinny

Quelques exemples de BD historiques et de biographies dessinées.
Quelques exemples de BD historiques et de biographies dessinées. © Grasset - Casterman - Dargaud - Dupuis - Rue de Sèvres

Genre très prisé des éditeurs, la biographie dessinée fournit une des lectures les plus stimulantes du moment avec Il était 2 fois Arthur de Grégoire Carlé et Nine Antico (Dupuis). Le duo dresse les histoires parallèles de Jack Arthur Johnson, célèbre boxeur noir américain contraint à l’exil, et d’Arthur Cravan, oisif neveu d’Oscar Wilde, disparu dans des circonstances mystérieuses. Ces deux personnages excentriques s’affrontèrent en 1916 dans un des premiers happenings de l’histoire de l’art, une parodie de combat de boxe.

Après un biopic remarqué du pianiste Glenn Gould, récompensé par plusieurs prix, Sandrine Revel revient avec Tom Thompson, esquisses d’un printemps (Dargaud), enquête sur le plus grand peintre canadien mort au début du XXe siècle dans des conditions mystérieuses. De peinture, il est aussi question dans Bouvaert, élégie pour un âne de Simon Spruyt (Casterman), vraie biographie consacrée à un faux peintre flamand, Jan Bouvaert (1577-1640), sorte de cousin de Rembrandt. Dans un genre similaire, Nejib poursuit Swann (Gallimard), portrait d’une peintre fictif qui mêle impressionnisme et féminisme dans le Paris de la fin du XIXe siècle reconstitué avec précision.

On notera également Chaplin en Amérique de Laurent Seksik et David François (Rue de Sèvres), sur les débuts du célèbre comique, Les Zola de Mélanie Marcaggi et Alice Chemama (Dargaud) et Voltaire, le culte de l’ironie de Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle (Casterman), portraits de deux auteurs engagés dans leurs temps, et Le Roman des Goscinny (Grasset), biographie du génial scénariste d’Astérix et Lucky Luke.

Littérature, Shakespeare et zombies

Quelques adaptations d'œuvres littéraires en BD
Quelques adaptations d'œuvres littéraires en BD © Dargaud - Delcourt - Gallimard - Dupuis - Ki-oon

Les adaptations littéraires ont toujours le vent en poupe. Delcourt en publie deux des plus remarquées de la rentrée. La première, Karoo de Steve Tesich par Bézian, est une variation ironique sur Le Mépris de Moravia, aux traits aussi fins que des lames de rasoir. La seconde, Entrez dans la danse de Jean Teulé par Richard Guérineau, évoque la peste dansante de Strasbourg en 1518.

Des auteurs téméraires s’attaquent aux classiques. Dans Prince of Cats (Dargaud), l’Américain Ronald Wimberly revisite Roméo et Juliette dans le Brooklyn des années 1980 et fait de Tybalt le héros d’un monde fou de hip hop où les problèmes se règlent à coups de katana. Dans un style différent, Macbeth, roi d’Écosse de Thomas Day et Guillaume Sorel (Glénat) propose une relecture sensuelle de la pièce de Shakespeare. Le Japonais Gou Tanabe poursuit son adaptation de Lovecraft avec Dans l'Abîme du temps (Ki-oon) et Eric Henninot celle de La Horde du Contrevent d’Alain Damasio (Delcourt).

Côté patrimoine français, Dufaux et Terpant proposent de leur côté Nez-de-Cuir (Futuropolis), d’après Jean de La Varende, sur un Don Juan qui cache derrière un masque de cuir son visage défiguré. Jacques Ferrandez sort Le Chant du monde (Gallimard) à l’occasion du cinquantenaire de la mort de Jean Giono. Guy Delisle s’amuse, lui, avec les romans de Jean Echenoz dans Ici ou ailleurs (L’Association).

Pour les enfants, Gallimard décline en BD la saga à succès des Royaumes de feu de Tui T. Sutherland (560.000 exemplaires), qui narre une guerre entre dragons. Le Québécois Jocelyn Boisvert s’inspire enfin de son roman Mort et déterré pour signer chez Dupuis avec le dessinateur Pascal Colpron une amusante série où un adolescent se réveille en zombie un an après sa mort et tente de retrouver ses proches. 

Western, aventure et obsolescence programmée

Des BD d'aventure et de SF.
Des BD d'aventure et de SF. © Dupuis - Dargaud -Denoël Graphic - Futuropolis - Casterman - Delcourt

Genre maître de la BD franco-belge, l’aventure sous toutes ses formes (récit picaresque, science-fiction, fantasy…) domine la rentrée. Delcourt fait l’événement avec Les Indes fourbes d’Alain Ayroles (De Capes et de crocs) et Juanjo Guarnido (Blacksad), dont l’habile scénario tout en faux-semblants est loué dans la presse. Nouvelle série de Xavier Dorison, le scénariste d’Undertaker et de Long John Silver, Le Château des animaux (Casterman) s’empare d’animaux de basse-cour pour livrer un plaidoyer pour le désobéissance civile.

Andreas, auteur culte de Rork et Capricorne, propose également le polar ésotérique Argentine (Futuropolis), sur une adolescente amnésique. Bill Willingham continue d’étendre l’univers de Fables avec Jack of Fables (Urban Comics), sur l'irrévérencieux Jack T. Horner, ex-tueur de géants devenu une star puis un vagabond. Philip Pullmann, l’auteur d’À la croisée des mondes, a écrit sa première BD, John Blake (Glénat), une histoire de vaisseau fantôme.

Envie de SF? Il ne faut pas manquer Préférence système d’Ugo Bienvenu (Denoël Graphic), formidable réflexion sur l'obsolescence programmée de la culture à l’ère numérique. Fans de voyages temporels et spatiaux? Chronosquad (Delcourt), la série à succès de Panaccione et Albertini, revient et envoie ses lecteurs dans un étrange Moyen-Âge, tandis que L’Humain de Diego Agrimbau et Lucas Verala (Dargaud) imagine les derniers terriens en pleine repopulation de leur planète avec une équipe de robots. Tremen de Pim Bos (Dargaud) impressionne avec son récit muet et apocalyptique d'un voyageur perdu sur des terres désolées.

Côté fantasy, Lewis Trondheim termine sa saga Ralph Azham avant de relancer début 2020 avec Joann Sfar le mythique Donjon. Dans un genre plus réaliste, paraissent la suite d’Ira Dei de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat (Dargaud), épique saga aux impressionnantes séquences de combat, Les Sans-Visages de Dubois et Kas (Le Lombard), sur des mercenaires sanglants qui perturbent la tranquillité d’une vallée perdue, et Les Clous rouges, dernier né de la collection Conan le Cimmérien (Glénat). Sans oublier Danthrakon d’Arleston et Boiscommun, nouvelle série qui lance le label Drakoo, dédié aux récits de l’imaginaire. 

Humour et Jean-Paul Sartre

Des BD pour rire.
Des BD pour rire. © 2024 - Glénat - Six pieds sous terre - Casterman - Dupuis

Fabcaro, l’auteur de Zaï, Zaï, Zaï, est de retour et se moque des repas familiaux dans Formica (6 pieds sous terre). Les Cavaliers de l’apocadispe (Dupuis) sont de retour et multiplient les gags féroces orchestrés par un Libon en pleine forme. Walt & Skeezix: Gasoline Alley de Frank King (2024) et Jojo d’André Geerts (Dupuis) sont deux odes à l’enfance, deux œuvres drôles et intimistes à redécouvrir dans de superbes intégrales.

Tout aussi indispensable est Tulipe et les Sorciers, le nouvel album doux-amer de Sophie Guerrive, truffé de fulgurances hilarantes sur le sens de la vie. Tout aussi sarcastique, Un air de gravité de Philippe Foerster (Glénat) est une plongée loufoque dans l’au-delà en compagnie de Jean-Paul Sartre, tandis que Cher dictateur de Fabien Toulmé et Caloucalou (Fluide Glacial) dresse le portrait satirique d’un dictateur d’un pays fictif d’Europe de l’Est.

Plus virulent, La Fin du monde en trinquant de Krassinsky (Casterman) est une fable animalière qui se moque du catastrophisme contemporain. Plus léger, mais tout aussi piquant, Le Roi des Bourdons de David de Thuin (Glénat) est une satire du milieu de la BD et des récits de super-héros. Un parfait complément au nouveau Captain Biceps (Glénat) de Zep et Tébo. Le papa de Titeuf nous régale enfin avec un deuxième tome de Happy Sex (Delcourt). 

Récits intimes

BD
BD © Delcourt - Le Lombard - Casterman - Gallimard

Les Crocodiles sont toujours là de Juliette Boutant et Thomas Mathieu (Casterman) dénonce l’emprise du sexisme dans la société - dans la rue, au milieu du travail, dans l’intimité et chez les spécialistes. Graines de Bandits d’Yvon Roy (Rue de Sèvres) raconte l’histoire d’enfants qui fuient la violence de leurs parents en s’imaginant une vie d’aventurier dans la nature. Et Les deux vies de Pénélope de Judith Vanistendael (Le Lombard) évoque la difficulté d’une vie partagée entre Alep et Paris pour une chirurgienne d’une organisation humanitaire.

Dans Solo (Casterman), Gilles Rochier raconte comment la trompette l’a aidé à surmonter le choc des attentats du 13-Novembre. Après La Saga de Grimr, fauve d’or 2018 à Angoulême, Jérémie Moreau revient avec le conte philosophique Penss et les plis du monde, situé à l’aube des temps. Nicolas de Crécy, dans Visa Transit (Gallimard), retrace un voyage fait en 1986, juste après Tchernobyl, à bord d’un Citroën Visa à travers l’Est de l’Europe avec son cousin. Bijou de Fred Bernard et Loustal (Casterman) fait enfin le pari de retracer l’histoire du XXe siècle à travers le prisme d’un diamant qui passe de main en main et de continent en continent. Une fresque intime dans la lignée de Forrest Gump

Jérôme Lachasse