BFMTV
Société

Vers un abandon de Notre-Dame-des-Landes?

Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), lors d'une manifestation contre le projet de nouvel aéroport, le 8 octobre 2016

Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), lors d'une manifestation contre le projet de nouvel aéroport, le 8 octobre 2016 - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le rapport d'experts remis au Premier ministre mercredi ne donne pas d'avis tranché sur la construction ou non d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Mais il laisse la porte ouverte à une potentielle solution alternative.

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes verra-t-il le jour? Pour l'aider à prendre cette décision, le gouvernement a fait appel à trois médiateurs, chargés de "remettre les choses à plat" selon les mots de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. Remis à Edouard Philippe mercredi, le rapport met sur le devant de la scène une option peu étudiée: réaménager l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. 

L'idée d'un réaménagement a déjà été soumise à Emmanuel Macron par l'ancien député et fondateur du Puy-du-Fou, Philippe de Villiers. "D'une part moderniser l'aéroport de Nantes-Atlantique et de l'autre faire respecter l'état de droit en évacuant la ZAD" a-t-il assuré au Figaro

La "solution siamoise"

Et tout porte à croire que cette option sera adoptée par le gouvernement. Déjà, elle se révèle moins coûteuse que la construction d'un nouvel aéroport. Le rapport des experts estime un coût situé entre 415 et 545 millions pour un réaménagement, contre 561 millions pour un déménagement à Notre-Dame-des-Landes. 

Ensuite, elle permettrait à Emmanuel Macron de ne pas totalement trahir les électeurs du référendum de juin 2016, qui avaient majoritairement voté en faveur de la construction de l'aéroport. Le président, qui avait annoncé qu'il respecterait ce vote lors de la campagne présidentielle, proposerait ainsi une solution alternative qui n'était pas soumise lors du référendum, puisque les habitants de Loire-Atlantique étaient appelés à répondre seulement par "oui" ou "non" au projet de construction de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. 

La réticence de Hulot au projet de nouvel aéroport

Un argument avancé par Nicolas Hulot, qui s'interrogeait le mois dernier à propos de ce référendum: "A-t-on soumis à cette consultation toutes les options possibles?". Le ministre de la Transition écologique et solidaire, qui a ainsi soulevé la question de la "légitimité de la consultation locale", n'a jamais caché son opposition au projet de nouvel aéroport. 

Enfin, adopter cette solution pourrait permettre une évacuation de la ZAD moins houleuse que redoutée. Quelle que soit l'option choisie par le gouvernement, cette évacuation semble inévitable. Le rapport des médiateurs préconise à ce sujet le "retour à l'état de droit" et son évacuation "dès la décision gouvernementale". 

Macron et Philippe s'engagent

Ce dossier épineux vieux de plus de 50 ans, qui a empoisonné le quinquennat précédent et ne cesse de susciter la controverse, est sur le point d'être clôturé. Le gouvernement devrait rendre sa décision dans les semaines à venir, selon le Premier ministre Edouard Philippe:

“Nous aurons l’occasion avant la fin du mois de janvier de prendre une décision claire, assumée, qui tranche enfin cette question ancienne”, a-t-il déclaré à l'Assemblée nationale.

Une façon de valider dans l'hémicycle la promesse d'Emmanuel Macron.

Céline Penicaud