BFMTV

Pour Christian Estrosi, "l'islam radical doit sortir de l'islam"

-

- - -

Le maire de Nice Christian Estrosi, a affirmé ce dimanche que l'islam radical devait "sortir de l'islam", tout en soutenant les propos d'Emmanuel Macron, qui avait assuré que la radicalisation s'était installée parce que "la République avait démissionné"

Invité de l'émission BFM Politique ce dimanche, Christian Estrosi a salué les propos d'Emmanuel Macron cette semaine qui assurait mardi à Roubaix, qu'une "radicalisation s'était installée, parce que la République avait démissionné". "Cela fait des années que je le dis, aujourd'hui il y a un président de la République qui l'affirme, et bien tant mieux, c'est une bonne nouvelle", a-t-il affirmé.

Pour le maire de Nice, où un attentat revendiqué par Daesh avait fait 87 morts le 14 juillet 2016, "l'islam radical doit sortir de l'islam".

"La loi c'est bien mais l'action c'est mieux"

"On peut voter toutes les lois antiterroristes qu’on veut, L’islam radical doit sortir de l’islam. Il faut dire à nos concitoyens musulmans qui pour l’immense majorité d’entrer eux sont des républicains et des modérés, qui ont peur de l’islam radical mais qui en même temps on peur de dire qu’ils n’en veulent pas", a assuré l'élu.

Pour Christian Estrosi, l'efficacité des lois votées contre le terrorisme est relative: "Vous n'arrêterez pas par quelques lois que ce soit les actes terroristes". L'élu préfère l'action, assurant que "la loi c'est bien mais l'action c'est mieux".

Pourtant, il a salué les mesures de fermetures de lieux de cultes, prévues dans le cadre des dites lois anti-terroriste: "Je me réjouis que dans le cadre de lois anti-terroriste, il y ait des mesures pour la fermeture de lieux de culte où les prêches qui seraient formulés, ne correspondraient pas aux valeurs de la République".

G.D.