BFMTV

Laïcité: Jacob demande à Macron une nouvelle commission Stasi

Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, le 15 mai à Paris

Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée nationale, le 15 mai à Paris - AFP - Geoffroy van Der Hasselt

Christian Jacob appelle Emmanuel Macron à créer une nouvelle commission sur la laïcité, à l'instar de la commission Stasi mise en place en 2003 par Jacques Chirac. Le tout nouveau chef des Républicains en profite pour proposer l'aide de son parti au président de la République.

Les Républicains veulent tirer leur épingle du jeu. Alors que le débat sur la place de la religion dans l'espace public occupe de nouveau la sphère politique et médiatique française, le nouveau président des Républicains Christian Jacob demande, dans une lettre au président de la République, la mise en place d'une nouvelle commission sur la laïcité.

Évoquant "la question du port de signes religieux ostentatoires lors des sorties scolaires", l'ancien chef de file des Républicains à l'Assemblée nationale, réclame une nouvelle réflexion sur la laïcité à l'instar de celle impulsée par Jacques Chirac et la commission Stasi en 2003: "Les travaux de la commission Stasi ont été d'une rare richesse. En quelques mois à peine, elle a permis de faire des propositions de nature à réaffirmer des règles partagées pour assurer le vivre ensemble", assure le président des Républicains dans un courrier adressé à Emmanuel Macron que BFMTV a pu consulter.

"17 ans après, il est temps à mes yeux que se tienne un acte II qui permettra de porter un discours clair sur la place de la laïcité dans les services publics, les lieux et l'espace publics ainsi que dans le monde du travail", ajoute Christian Jacob, qui craint des risques de repli communautariste, appelant le chef de l'Etat à prendre "l'initiative".

Les Républicains prêts à aider

Christian Jacob profite aussi de l'occasion pour avancer ses pions. Dans sa lettre, le président des Républicains assure à Emmanuel Macron que la droite, "qui a été à l’origine des grandes évolutions législatives récentes en la matière, est prête à prendre toute sa place pour que l’initiative", prise par le gouvernement, "soit positive pour la République, la Nation et la France". Récemment, à l'initiative justement d'une sénatrice LR, le Sénat a voté l'interdiction du port de signes religieux, et notamment du voile, pour les accompagnants de sorties scolaires.

En 2003, la commission Stasi, présidée par Bernard Stasi, ancien ministre et alors médiateur de la République, avait redéfini le rôle de l’Etat, l’appelant à "réaffirmer des règles strictes" et à "rappeler les obligations qui s’imposent aux administrations de supprimer les pratiques publiques discriminantes et d’adopter des règles fortes et claires dans le cadre d’une loi sur la laïcité".

La commission avait notamment proposé de faire de l’Aïd et de Kippour des jours fériés dans toutes les écoles publiques, et avait invité les administrations à prévoir des plats de substitutions dans les cantines publiques.

Guillaume Dussourt