BFMTV

Manif pour tous: comment la police a compté les manifestants

Une capture vidéo de la manifestation, permettant ensuite un comptage précis.

Une capture vidéo de la manifestation, permettant ensuite un comptage précis. - -

La police a défendu lundi ses méthodes de comptage des manifestants, remises en cause par les organisateurs de la manifestation contre le mariage homo. Son bilan définitif sera communiqué mardi.

Le chiffre définitif de la police pour la manifestation contre le mariage homosexuel, qui sera communiqué mardi, devrait être "très très proche" de celui, provisoire, annoncé dimanche par la préfecture de police de Paris, selon la direction du renseignement (DRPP), qui défend le "professionnalisme" des policiers en charge de ce comptage.

L'exactitude de son bilan est pourtant remis en cause par les organisateurs de la manifestation, qui eux annoncent avoir rassemblé près de 1,4 million de personnes dans les rues contre le mariage homo. "Nous sommes des professionnels, nous faisons cela depuis des décennies", leur soutient Nicolas de Leffe, directeur adjoint de la DRPP, qui se dit "certain" de ses chiffres.

Une centaine de policiers de son service sont mobilisés depuis dimanche afin de compter les manifestants, grâce à trois dispositifs: au sol en "effectuant des allées et venues", sur quatre points en hauteur avec des caméras et enfin avec l'aide d'un hélicoptère transmettant également des images vidéos. Les policiers visionnent ensuite ces bandes et cliquent sur un bouton à chaque fois qu'ils voient passer dix personnes devant un point fixe.

Moins de cars et de trains réservés

Pour plus de précision, ces policiers disposent d'une carte, avec la superficie exacte des routes empruntées par les manifestants. "Les policiers savent qu'un trottoir ou qu'une chaussée font tant de mètres carré, donc cette cartographie millimétrée les aide dans leur estimation, par rapport à la densité sur le périmètre observé", explique Jean-Michel Avon, commissaire à la DRPP.

"C'était une manifestation particulière" car "statique", précise Nicolas de Leffe. Elle a donc nécessité une "technicité particulière" mais il y a eu un "chiffre affiné et vérifié sans arrêt" au fil du rassemblement. La police argue également du fait qu'elle rajoute systématiquement 15% de personnes à son estimation en faveur des manifestants pour la marge d'erreur.

Et selon le haut-fonctionnaire, "il ne pouvait pas y avoir beaucoup plus de 300.000 personnes sur le périmètre" de la manifestation, car il y avait "dix fois moins" de cars et de trains réservés par les manifestants que lors de la manifestation pour l'école libre en 1984 par exemple (700.000 manifestants selon la police, un million selon les organisateurs). "De toute façon, nos chiffres sont toujours multipliés par quatre que ce soit par les pro ou les anti mariage."

À LIRE AUSSI:

>> Solène, militante à la Manif pour tous: "on a été surpris de recevoir des gaz lacrymogènes"

>> Manif pour tous: "la réaction des forces de l'ordre a été proportionnée et mesurée"

>> Anti-mariage homo: une manifestation ponctuée de dérapages

A. G. avec AFP (sujet vidéo: Cécile Ollivier et Vincent Deby et Kelly Laffin)