BFMTV

Bretagne: les "Bonnets rouges" maintiennent la pression

Une manifestation à Quimper samedi a réuni entre 15.000 et 30.000 "Bonnets rouges" ou assimilés.

Une manifestation à Quimper samedi a réuni entre 15.000 et 30.000 "Bonnets rouges" ou assimilés. - -

Le "Pacte d'avenir pour la Bretagne" qui leur aura été présenté en préfecture mardi n'aura pas suffi à calmer les leaders de la fronde anti-écotaxe. Ils menacent de nouvelles actions dès mercredi si l'écotaxe n'est pas officiellement supprimée.

Les "Bonnets rouges" sont toujours rouge colère. Le mouvement à l'origine de la manifestation de Quimper samedi, a menacé mardi soir de préparer "de nouvelles actions" si l'écotaxe n'est pas "officiellement supprimée" pour la Bretagne avant mercredi midi. Arrivés mardi soir avec leurs bonnets rouges à la main, les initiateurs du mouvement contre l'écotaxe ont participé à une première réunion en préfecture avant toute une série d'autres rencontres prévues ce mercredi pour mettre en place le "Pacte d'avenir pour la Bretagne" lancé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Une suppression de l'écotaxe posée en préablable

Nous attendons clairement la suppression de l'écotaxe pour demain midi pour la Bretagne", a lancé mardi soir le maire DVG de Carhaix, Christian Troadec, membre du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne", à l'initiative de la manifestation qui a réuni samedi à Quimper entre 15.000 et 30.000 personnes coiffées de leurs bonnets rouges. Si le gouvernement ne répond pas favorablement à cet ultimatum, "il y aura sans aucun doute de nouvelles actions", a menacé Christian Troadec.

Le collectif venait d'être reçu par le préfet Patrick Strzoda qui avait convié ses responsables à la préfecture à une réunion afin de préciser les conditions, l'échéance ou encore "les projets, actions et politiques publiques" du pacte.

Une première réunion qui n'aura pas de suite sans la suppression définitive de la taxe poids lourds, a affirmé Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère, autre membre du collectif.

Le ministre de l'Agriculture attendu vendredi

Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a répété mardi que l'écotaxe devait être "mise en place", mais s'est gardé d'avancer une date. C'est dans ce contexte que s'ouvrent les premières discussions mercredi sur ce pacte lancé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault mi-octobre et dont l'objectif est de permettre de sortir de la crise et de trouver un nouveau souffle. Ont été conviés à la préfecture les parlementaires, les préfets des quatre départements bretons, les partenaires sociaux et le collectif des acteurs économiques de Bretagne, qui affirme représenter quelque 150.000 entreprises.

Une première réunion se tiendra à 9 heures mercredi réunissant uniquement le préfet, les partenaires sociaux et organisations patronales. Puis à 14h30 la réunion sera élargie aux autres participants. Parallèlement six réunions thématiques sont planifiées jusqu'à vendredi portant sur l'agriculture et l'agroalimentaire.

Des réunions vont ainsi avoir lieu toutes les semaines jusqu'à la fin de l'année, où la Bretagne devra rendre sa copie au gouvernement. Aucun membre du gouvernement n'est attendu mercredi. En revanche, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll doit passer la journée de vendredi en Bretagne.

D. N. avec AFP et B. Daudré et D. Couloume et T. de Rochechouart