BFMTV

Jawad Bendaoud relaxé: l'association de victimes Life for Paris se dit "anxieuse"

Jawad Bendaoud, le logeur du 13 Novembre, relaxé le 14 février 2018

Jawad Bendaoud, le logeur du 13 Novembre, relaxé le 14 février 2018 - -

Deux jours après l'annonce de la relaxe de Jawad Bendaoud, l'association des victimes du 13 novembre 2015 Life for Paris réagit à cette décision qui traduit, selon elle, "les lacunes de notre justice anti-terroriste".

Mercredi, au terme de trois semaines de procès, Jawad Bendaoud, surnommé le "logeur du 13 Novembre", est relaxé des faits de "recel de malfaiteurs terroristes" dont il est accusé. Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen sont quant à eux condamnés à 5 ans de prison. Une décision très attendue qui provoque des réactions très contrastées. De son côté, l'association des victimes "Life for Paris: 13 novembre 2015" a attendu ce vendredi, soit deux jours plus tard, avant de s'exprimer sur ce verdict.

"Les lacunes de notre justice anti-terroriste"

"Il serait donc désormais plus risqué pénalement de mettre son appartement en location sur Airbnb que de loger des terroristes meurtriers en cavale", réagit l'association dans un post sur Facebook.

L'association, qui regrette de n'avoir pas été autorisée à se porter partie civile lors de cette affaire, a expliqué attendre le procès en appel "avec la plus grande anxiété". Au même titre que pour celui des attentats du 13-Novembre, censé se tenir en 2020.

En effet, peu après l'annonce de la relaxe de Jawad Bendaoud, le parquet qui avait requis quatre de prison contre le jeune homme, a annoncé son intention de faire appel de cette décision.

"Des réquisitions du procureur bâclées"

"Le procès Bendaoud/Soumah/Aït Boulahcen aura montré les lacunes de notre justice anti-terroriste: des réquisitions du procureur bâclées et différentes des réquisitions écrites, Jawad Bendaoud qui menace notre avocat en pleine audience (Maître George Holleaux, NDLR) sans aucune conséquence judiciaire, Youssef Aït Boulahcen condamné à 4 ans de prison pour "non dénonciation de crime terroriste" mais sans mandat de dépôt et donc encore en liberté ce soir..." poursuit-elle.

"Il est temps que la justice française prenne la juste mesure des affaires terroristes auxquelles elle est confrontée", soutient encore Life for Paris, avant de poursuivre: "La création d'un Parquet National Antiterroriste constitué des mêmes juges et avec les mêmes faiblesses n'aurait aucun sens."

Une réaction à la mesure annoncée le 18 décembre dernier par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, qui aura pour objectif de faire face à "une menace sans commune mesure" en France. Et qui pourrait voir le jour cette année.

M. F.