BFMTV

Gilets jaunes: une trêve à Noël?

-

- - ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Sur Facebook, des manifestants appellent les gilets jaunes à réveillonner sur les Champs-Elysées dès ce lundi après-midi.

Avec l'arrivée des fêtes de fin d'année, les gilets jaunes vont-ils observer une trêve de Noël? "Notre mobilisation commence à user tout le monde: le pouvoir, les médias, les petits commerçants... Nous en avons conscience", concède Benjamin Cauchy, porte-parole des gilets jaunes libres. 

"Mais il y a une crispation de la colère depuis plusieurs semaines. A chaque fois que Macron parle, il est à l'étranger. Les problèmes ne sont pas du tout résolus. On entend mensonge sur mensonge. Donc, non, le mouvement n'est pas prêt de s'arrêter."

Malgré une forte baisse de la mobilisation samedi dernier, et si certains gilets jaunes comptent observer une brève trêve le temps de fêter le réveillon en famille, l'appel à manifester se poursuit. Sur Facebook, des manifestants appellent les gilets jaunes à réveillonner sur les Champs-Elysées dès ce lundi après-midi et jusqu’à mardi matin. Environ un millier de personnes se sont déclarées "participantes" et plus de 130.000 personnes "intéressées" ce lundi matin. D’autres appellent à manifester samedi prochain, comme les fois précédentes.

Une mobilisation dans l'esprit de Noël

Certains ont décidé de délaisser la rue et d'adapter leur mobilisation aux fêtes de fin d'année. A L'Union, en Haute-Garonne, certains gilets jaunes ont donc décidé de lancer un Noël solidaire pour permettre aux plus démunis d'avoir des cadeaux de Noël. 

"Le gouvernement ne répond pas aux besoins des personnes les plus démunies. C'est nous qui sommes obligées de nous organiser pour pouvoir distribuer des jouets aux familles qui en ont besoin", explique l'un de ces gilets jaunes. 

Dans le doute, le gouvernement reste sur le qui-vive. Edouard Philippe était ce matin aux côtés des policiers pris à partie sur les Champs-Elysées samedi soir. Et si le Premier ministre a accordé quelques jours de repos à l'exécutif, il leur a tout de même demandé de “ne pas partir trop loin quand même, au cas où”, selon Le Parisien.

Cyrielle Cabot