BFMTV

Gilets jaunes: les appels à ne pas manifester samedi se multiplient

Des manifestants au Puy-en-Velay le 8 décembre.

Des manifestants au Puy-en-Velay le 8 décembre. - Thierry Zoccolan AFP

Au sein du gouvernement mais aussi chez les forces de l'ordre, des voix s'élèvent pour appeler les gilets jaunes à ne pas manifester ce samedi après l'attentat de Strasbourg.

L'acte V de la mobilisation des gilets jaunes aura-t-il lieu? Alors qu'un appel à manifester samedi avait été lancé par certains membres des gilets jaunes et responsables politiques après l'allocution d'Emmanuel Macron lundi soir, le gouvernement monte au créneau ce jeudi.

"Nous vous demandons d'être raisonnables samedi"

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a ainsi ouvertement appelé les gilets jaunes à être "raisonnables" après l'attentat de Strasbourg et à "ne pas manifester" ce week-end. Maintenant que leur colère s'est "exprimée", "a été entendue" par le gouvernement, et qu'il y a "répondu", "ce que nous vous demandons, en responsabilité, c'est d'être raisonnables samedi et de ne pas aller manifester", a-t-il déclaré sur CNEWS. 

"Au regard" de l'attentat de Strasbourg, "il serait préférable que ce samedi chacun puisse, de manière apaisée, vaquer à des occupations d'un samedi avant les fêtes de famille de fin d'année plutôt que de manifester et mettre à nouveau à contribution nos forces de l'ordre", a encore fait valoir Benjamin Griveaux.

Un argument déjà avancé mercredi par la ministre de la Justice Nicole Belloubet, qui avait estimé que "le mouvement doit cesser", compte tenu de l'"événement dramatique" de Strasbourg et des "réponses apportées par le président de la République" aux revendications des "gilets jaunes".

Même son de cloche du côté du président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, qui a estimé ce jeudi matin sur France Inter qu'il fallait "maintenant que le mouvement s'arrête", compte tenu des "réponses massives" de l'exécutif aux revendications sur le pouvoir d'achat.

Les CRS appellent au calme

Mais si l'exécutif s'entend sur cet appel, c'est aussi le message que font passer les CRS à l'approche du week-end. Invité ce jeudi matin sur l'antenne de RMC, Thomas Toussaint, délégué national CRS UNSA Police a appelé "au calme" pour samedi.

"On appelle au calme. On appelle à ne pas manifester dans les grandes villes, au regard des derniers événements, le jeune homme heurté par un poids lourd sur un point de blocage de gilets jaunes, les événements de Strasbourg", a-t-il déclaré. "La mobilisation des fonctionnaires de police nécessaires pour pouvoir encadrer une manifestation sur Paris, on a très bien vu qu'on arrivait aux limites possibles. 95% des CRS ont été engagés samedi dernier à Paris et en province. Je vois pas comment on va pouvoir continuer comme ça. Je ne vois pas comment les pouvoirs publics vont pouvoir déployer plus de fonctionnaires alors qu'ils n'en ont plus sous la main", a insisté Thomas Toussaint. 

A.S.