BFMTV

Malaises en plein soleil et photos prétexte... Démarrage laborieux pour le Service national universel

La casquette de l'uniforme du Service national universel, le 18 avril 2019.

La casquette de l'uniforme du Service national universel, le 18 avril 2019. - FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le Service national universel (SNU) a été lancé dimanche dernier dans 13 départements tests. Les premiers adolescents ont commencé leur stage de cohésion mais plusieurs couacs ont ponctué le démarrage de l'expérimentation.

À peine lancée, dimanche dernier, la première édition expérimentale du Service national universel (SNU) pilotée par le secrétaire d'État à l'Éducation Gabriel Attal entraîne déjà son lot de couacs, et suscite par conséquent de nombreuses critiques.

Ouvert aux adolescents de 15 à 16 ans, le SNU est lancé cet été dans 13 départements tests. Dimanche dernier, 2.000 jeunes filles et garçons ont donc entamé leur stage de cohésion, qui va durer une douzaine de jours. Sa généralisation à l'ensemble du territoire national est prévue "avant 2026", d'après Gabriel Attal.

  • "Une mascarade patriotique"

Depuis la diffusion des premières images de jeunes en train de chanter la Marseille en uniforme, ou de dresser des drapeaux français, des voix se lèvent pour dénoncer "une mascarade" ou "mise en scène patriotique" au coût exorbitant, puisqu'il s'élève à 1.6 milliard d'euros. 

L'UNL (Union nationale lycéenne), premier syndicat lycéen, a par exemple jugé ces images "effarantes" dans une publication Twitter. D'autres syndicats étudiants se sont "fermement" opposés à la généralisation du SNU, refusant "la normalisation de la chose militaire auprès de toute une classe d'âge".

Ce caractère "militariste" du SNU a également été pointé du doigt par la journaliste Louise Tourret, dans une tribune publiée sur le site Slate.fr. "Cette mise en scène ne correspond pas à l'éducation que je souhaite pour mes enfants", plaide-t-elle, réclamant la mise en place d'"un droit d'objection de conscience parental".

"Tout ce qui transpire de ce SNU tourne le dos à ce que nous a appris l'éducation depuis plus d'un siècle: penser par soi-même et collaborer", défend cette journaliste dans sa tribune.

Un "caractère républicain" qu'assume pleinement le secrétaire d'État en charge du projet. "On confond souvent patriotisme et militarisme", a défendu l'entourage de Gabriel Attal auprès de BFMTV.com.

  • Des malaises lors d'une cérémonie à Évreux

Démarrage difficile également à Évreux, dans l'Eure. Mardi, 28 volontaires du Service national universel (SNU) et membre des Cadets de la défense ont été victimes de malaises lors d'une cérémonie de commémoration de l'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle.

Les adolescents ont dû se tenir pendant de longues minutes en plein soleil, sur les marches de l'Hôtel de Ville, et certains ont eu un "léger coup de chaud", a-t-on appris auprès de la préfecture, qui précise que les températures étaient "particulièrement élevées" ce mardi après-midi. D'après France Bleu, elles frôlaient les 30 degrés.

Pour expliquer le malaise de ces adolescents, la préfecture se targue d'une explication plus surprenante. Elle affirme que leur malaise était dû "à une forme d’émotion liée au caractère solennel de la cérémonie, au cours de laquelle les appelés devaient entonner la Marseillaise." Le cabinet du secrétaire d'État à l'Éducation, Gabriel Attal, a quant à lui indiqué que les cérémonies devraient se dérouler "à l'ombre, à l'avenir", et que la vigilance serait accrue avec l'arrivée des fortes chaleurs la semaine prochaine. 

  • Les photos de jeunes Américains pour illustrer le nouveau site du gouvernement 
La bannière du nouveau site gouvernemental.
La bannière du nouveau site gouvernemental. © SNU - Jeunes.gouv.fr - Ministère de l'Éducation nationale

Sur le site gouvernemental du Service national universel, deux photos de jeunes tout sourire, en pleine activité, apparaissent sur la bannière. Un jeune homme accroupi dans un parc, vêtu de gants jaunes, en train de ramasser des détritus; puis deux personnes en plein jogging en pleine nature. 

Franceinfo révèle que les clichés ne montrent pas des adolescents français lors de leur SNU, mais qu'ils sont issus d'une banque d'images en ligne, en l'occurrence iStock et ShutterStock. La première semble avoir été prise en Ukraine et est disponible pour 9 euros. Quant à la photo des coureurs, elle a été prise lors d'un trail dans le Grand Canyon, aux États-Unis.

Gabriel Attal, contacté par Franceinfo, justifie ce choix par le fait que "l'expérimentation n'avait pas encore commencé quand le site a été créé. On n'avait pas encore d'images de jeunes en tenue du SNU et en action. Il fallait bien qu'on trouve une image". Le secrétaire d'État explique par ailleurs: "On va sûrement la changer très rapidement. On commence à avoir pas mal de photos".

Jeanne Bulant