BFMTV

Boeing 737 MAX 8: "Des avions comme celui-ci, il n'y en a pas en France"

Un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian Airlines à Abidjan en Côte d'Ivoire, en novembre 2017.

Un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian Airlines à Abidjan en Côte d'Ivoire, en novembre 2017. - Issouf Sanogo - AFP

C'est la deuxième fois en cinq mois qu'un Boeing 737 MAX 8 se crashe. Alors que la Chine et l'Ethiopie ont décidé de clouer leur flotte au sol, Jean Serrat, un ancien commandant de bord français, assure qu'Air France ne voyage pas avec ce type d'appareil.

La sécurité des Boeing 737 MAX 8 est remise en question après le crash d'un appareil d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts dont 9 Français, dimanche. Alors que la Chine et l'Ethiopie ont annoncé, ce lundi, leur décision d'immobiliser ce modèle, l'ancien commandant de bord Jean Serrat affirme que ce type d'appareil n'est pas utilisé en France. 

"Des avions comme celui-là, il n’y en a pas en France. Air France n’en possède pas et XL Airways (une compagnie aérienne française spécialisée dans les vols touristiques entre l’Hexagone et les Caraïbes, ndlr) non plus", souligne-t-il.

Déterminer les raisons des crash

Et de poursuivre: "Pour l’instant, les trois compagnies chinoises qui en ont le plus grand nombre, ont décidé de clouer tous leurs avions au sol par mesure de précaution. Elles ont fait le parallèle entre l’accident d'Ethiopian Airlins et celui de la compagnie indonésienne Lion Air. Elles veulent savoir pourquoi ces avions sont tombés avant de remettre ce modèle en activité."

Pour la deuxième fois en quelques mois, un Boeing 737 MAX 8 s'est écrasé quelques minutes après son décollage, soulevant de nouvelles questions sur les débuts de cet appareil essentiel pour le constructeur américain. Dimanche, les 157 passagers et membres de l'équipage qui ont pris place à bord du Boeing - un appareil récent livré courant 2018 à Ethiopian Airlines et reliant Addis Abeba à Nairobi - sont morts. Fin octobre, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s'est abîmé en mer de Java tuant 189 personnes.
Ambre Lepoivre