BFMTV
Société

Attentats de Paris: "Il était coupé en deux, je n'ai pas pu l'aider"

Omar est le vigile du Stade de France qui a empêché l’un des terroristes d'entrer. Il s'est confié au micro de BFMTV. Le soir du 13 novembre, ce Marocain de 32 ans refuse l’entrée à Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France qui s’est alors fait exploser devant ses yeux. Il a aussi été témoin de la mort de Manuel Dias, la seule victime des terroristes à Saint-Denis. Des visions d’horreur qui le hantent encore aujourd’hui.

Le regard dans le vide et le débit saccadé, Omar raconte à BFMTV son 13 novembre. "Depuis ce soir-là, ça ne va pas, je ne suis plus le même. Je suis un nouveau-né malade", confie-t-il, laconique. Trois mois après les attentats de Paris, ce vigile s'est s'exprimé, mercredi, devant une commission d'enquête parlementaire. Il y a affirmé avoir "évité un carnage", en empêchant l'un des terroristes de rentrer dans l'enceinte. Un jeune qu'il avait pris pour "un policier en civil", dans un premier temps.

"Je lui ai dit: 'reculez monsieur, reculez'"

Avant la fermeture des portes, il y a eu la première explosion, "c'était à ma droite, du coup on est sorti pour évacuer tout le monde". "Et là derrière moi j'entends "attentat". C'étaient des policiers derrière moi qui parlaient entre eux", se souvient-il. Omar applique alors les procédures de sécurité, tentant d'évacuer des jeunes. C'est à ce moment-là qu'il voit revenir ce jeune qui faisait des allers-retours devant la porte G où il est positionné. L'homme tente de rentrer. "Je lui ai dit reculez monsieur, reculez". L'homme active alors sa ceinture d'explosif.

"Et là je tombe". Il se retrouve allongé par terre, à côté de la seule victime des terroristes à Saint-Denis. "Un monsieur, un papa, de type européen". Sa respiration s'intensifie, sans doute au souvenir de ces images d'horreur.

"Il était coupé en deux, il me demandait de l'aider, et je n'ai pas pu… je n'arrivais plus à marcher". 

>>> Retrouvez l'intégralité de l'entretien dans 7 jours BFM samedi prochain

M.-C. M. avec Thomas Misrachi