BFMTV

La première expérience de Thomas Pesquet dans l'espace: un fauteuil intelligent

Le Français Thomas Pesquet a effectué sa première expérimentation scientifique, ce mardi à bord de la Station spatiale internationale.

Un fauteuil pour faire avancer la science. En collaboration avec la Russie, le Français Thomas Pesquet a réalisé ce mardi sa première expérience, intitulée Sarcolab-3, à bord de la Station spatiale internationale dans l'espace. Le Normand aux yeux bleus s'est installé sur Mares, un fauteuil doté de capteurs afin de mesurer l'évolution musculaire des astronautes.

"Ça doit servir à mieux préparer et anticiper les adaptations qui peuvent arriver sur le muscle et notamment prévenir cette atrophie musculaire que l'on observe chez les astronautes. Cela permet notamment de les aider à être en meilleure condition physique pour remplir leur mission", a expliqué Alain Maillet, scientifique à l'Institut de médecine de l'espace.

En situation d'apesanteur, les muscles humains sont mis à rude épreuve. Pendant un vol d'une durée de six mois, "un astronaute va perdre de 20 à 30% de sa masse musculaire même s'il fait des exercices". Quand "ils reviennent, ils bénéficient généralement d'une guérison naturelle", selon le scientifique. "L'idée est de comprendre cette guérison, pour aider les accidentés, les malades longtemps alités qui ont perdu de la musculature".

Une expérience suivie de près, ou presque

Préparée et suivie en direct au Centre d'aide au développement des activités en micropesanteur et des opérations spatiales (Cadmos) du CNES à Toulouse, l'expérience a été scrutée de près, ou presque, par de nombreux experts, au cas où un couac s'inviterait dans l'expérience.

"Ils sont en base arrière pour répondre aux questions de Thomas Pesquet ou intervenir si l'expérience ne se déroule pas comme prévu. Soit parce que quelque chose a cassé ou que le logiciel ne fonctionne pas", a rapporté Sébastien Barde, responsable du Cadmos.

L'ensemble de l'installation occupe la quasi-totalité de Colombus, l'un des quatre modules scientifiques de l'ISS. A bord de la station spatiale internationale jusqu'en janvier prochain, l'astronaute français devra réaliser une soixantaine d'expériences visant à faire progresser la science.

Julie Breon avec Jonathan Dupriez, Jean Wilfrid Forques et Maxime Meunier