BFMTV

Taux d'incidence, tension hospitalière.. Les indicateurs préoccupants de l'épidémie en Île-de-France

Le préfet a évoqué la possibilité d'un confinement de la région le week-end prochain. C'est surtout les taux d'incidence du virus qui inquiètent, les hospitalisations n'explosent pas pour l'instant.

L'éventualité a été présentée aux élus d'Île-de-France ce lundi par le préfet: un reconfinement le week-end de toute la région, et ce dès samedi prochain, pour contrer la diffusion du Covid-19. Selon nos informations, le préfet de police Didier Lallement et le préfet de Paris et d'Île-de-France Marc Guillaume ont bien proposé à Anne Hidalgo ce scénario, en ajoutant que cette option était "privilégiée".

L'idée flotte dans l'air, depuis que Paris a été placé "sous surveillance" par Jean Castex jeudi et soir et qu'Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, a dans la foulée réclamé un "confinement strict" de la capitale pendant trois semaines. Le cadre de la majorité municipale avait été désavoué tant par Anne Hidalgo que par le gouvernement, mais cette hypothèse n'en avait pas été écartée pour autant. Il faut dire qu'elle tient davantage aux statistiques qu'aux argumentaires des états-majors.

De très forts taux d'incidence

La tension hospitalière est désormais de 72% en Île-de-France, et le taux d'incidence - le nombre de cas confirmés sur les sept derniers jours pour 100.000 habitants - grimpe à 322 pour 100.000 habitants, selon les derniers chiffres de Santé publique France. Bien loin de l'ancien seuil "d'alerte maximale" établi à 250 et nettement au-dessus de la moyenne nationale, qui est à 220.

Dans le détail, et selon les chiffres révélés par l'Agence régionale de Santé (mais arrêtés à la date de vendredi dernier), le taux d'incidence a été jaugé à 317,5 à Paris intramuros, à 338,9 en Seine-et-Marne, à 267,6 dans les Yvelines, à 291 en Essonne, à 268,4 dans les Hauts-de-Seine, à 348,4 dans le Val-d'Oise, 350 dans le Val-de-Marne et jusqu'à 394 en Seine-Saint-Denis.

La région la plus frappée

On compte encore 5149 hospitalisations dans la région (sur un total de 25.430 dans le pays), soit le plus fort contingent en France, 398.670 premières doses de vaccin distribuées (sur un total 2.974.019 selon Santé Publique France) et 824 patients admis en réanimation (contre 3544 en France).

C'est ce dernier chiffre qui angoisse particulièrement les soignants. Djillali Annane, chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches dans les Hauts-de-Seine, a témoigné sur BFMTV:

"On est sur une forte augmentation des admissions en réanimation dont on ne voit absolument pas la moindre prévision de baisse. Au contraire, tous les indicateurs incitent à penser que ça va même s'accélérer". Il a alors estimé que "l'instauration d'un confinement en Île-de-France serait une bonne nouvelle".

Situation contrastée dans les hôpitaux

Si l'on prend en compte, non pas les seules réanimations, mais l'ensemble des hospitalisations liées au Covid-19 en Île-de-France, on observe pourtant des réalités contrastées selon les départements.

Ainsi, quand Paris caracole en tête de ce classement peu réjouissant avec 971 patients, devant les Hauts-de-Seine (843), et la Seine-Saint-Denis (739) ou encore le Val-de-Marne (645), les autres évoluent à des niveaux inférieurs, comme les Yvelines (561) ou la Seine-et-Marne (436).

L'Essonne, située entre les deux avec 527 hospitalisations, peut même revendiquer une baisse importante des personnes alitées dans ses établissements, comme l'a noté ici Le Parisien: 527 aujourd'hui contre 729 au début du mois de février. Une diversité des situations qui n'en facilite pas la lecture et complique encore l'équation.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV