BFMTV

Pour l'épidémiologiste Arnaud Fontanet, "le couvre-feu à 18h est la dernière chance avant le confinement"

Le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, a affirmé sur notre antenne ce mardi soir que si les chiffres ne s'amélioraient pas rapidement en France, un reconfinement ne pourrait pas être évité.

Le couvre-feu à partir de 18 heures suffira-t-il à endiguer la reprise de l'épidémie? "Il faut que ça paye", juge sur notre antenne ce mardi soir le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du Conseil scientifique. Sans quoi les autorités seraient selon lui contraintes de prendre "des mesures plus dures" pour lutter contre le Covid-19.

"Ce qu'on aimerait éviter, c'est un deuxième confinement, mais on n'a plus beaucoup de marge de manoeuvre", a regretté l'épidémiologiste, invité de l'émission 22H Max sur BFMTV, alors que le bilan sanitaire est préoccupant ce mardi en France. 23.608 personnes supplémentaires ont été testées positives et 373 personnes sont mortes en 24 heures, tandis que le nombre de patients hospitalisés continue d'augmenter. 1995 personnes supplémentaires ont été admises à l'hôpital en 24 heures, dont 315 de plus en réanimation que la veille.

Envisagé "en dernier recours"

"Le couvre-feu à 18 heures est la dernière chance avant le confinement (...) On sait que les couvre-feux marchent, mais on a en fait très peu de temps" et "il faut que ça paye vite", met en garde Arnaud Fontanet, avant d'évoquer "la menace du variant qui pourrait émerger en mars et dont il faut casser très vite la dynamique". Selon lui, "on a peut-être deux semaines pour 'marcher sur cette ligne de crête', tester les dernières choses qu'on peut faire avant d'aller vers un reconfinement". "Le couvre-feu à 18h est l'une des dernières choses que l'on puisse faire", a-t-il insisté.

La veille, le professeur Jean-Daniel Lelièvre, chef de service des maladies infectieuses de l'Hôpital Henri-Mondor, avait déjà affirmé que la France ne pourrait "pas éviter un nouveau confinement". Une hypothèse pas écartée par les membres du gouvernement en cas de dégradation des chiffres du Covid. Jean Castex lui-même avait affirmé lors de sa dernière conférence de presse qu'il ne fallait pas exclure un troisième confinement "en dernier recours".

dossier :

Reconfinement

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV