BFMTV

Dépistages réguliers, vaccination... Les pistes du Conseil scientifique pour la rentrée scolaire

Dans une école élémentaire à Vierzon, dans le Cher, le 16 mars 2021

Dans une école élémentaire à Vierzon, dans le Cher, le 16 mars 2021 - GUILLAUME SOUVANT © 2019 AFP

Dans un nouvel avis rendu public ce vendredi, le Conseil scientifique demande de nouveau au gouvernement de systématiser le dépistage des enfants en milieu scolaire.

La rentrée se prépare dès maintenant. Dans un nouvel avis rendu public ce vendredi, le Conseil scientifique appelle les autorités à réfléchir dès à présent aux mesures à prendre pour éviter la propagation du virus en milieu scolaire après les vacances d'été. Comme dans son avis du 19 avril, il appelle à mettre en place un dépistage massif et régulier des élèves, afin de limiter au maximum les fermetures de classe. La vaccination des adolescents de plus de 12 ans est également encouragée.

Des tests hebdomadaires ou bihebdomadaires

Concernant les dépistages dans les établissements scolaires, le Conseil scientifique, qui conseille l'exécutif dans sa gestion de l'épidémie, appelle de nouveau à "une large utilisation des tests antigéniques, hebdomadaire et répétée dans les collèges et les lycées."

Il souligne que "pour avoir un impact significatif", le dépistage itératif doit avoir "une répétition hebdomadaire, voire bihebdomadaire pour l’immense majorité des élèves et des enseignants, surtout si cette population est peu vaccinée". Ce dépistage systématique permettrait, selon le Conseil scientifique de "ne pas fermer les classes (ou en tout cas de limiter ces fermetures)".

"Ne rien faire et aborder la rentrée avec le même niveau de test (serait) très insuffisant pour avoir un quelconque impact", tance le Conseil scientifique.

Des "réticences"

"Compte tenu des différentes réserves exprimées par les différents acteurs, et une certaine forme de réticence à l’endroit de ce type de démarche", le Conseil scientifique émet toutefois des doutes quant à la systématisation de ce dépistage.

En mai, le gouvernement avait mis en place des autotests dans les établissements scolaires, mais ces derniers n'avaient pas reçu l'accueil espéré. Le taux d'acceptation des autotests se situait alors entre 5 et 10%.

"Favoriser la vaccination"

Toujours pour la rentrée scolaire, le Conseil scientifique demande de "favoriser la vaccination des adolescents au-dessus de 12 ans" et ce "y compris en milieu scolaire", sans toutefois donner plus de précision sur une réalisation concrète. Si Jean-Michel Blanquer a encouragé les mineurs éligibles à profiter de l'été pour se faire vacciner, il a en revanche exclu pour l'heure des opérations directement dans les établissements.

Depuis le 15 juin, il est en effet possible de vacciner les adolescents de 12 à 17 ans, avec le vaccin Pfizer-BioNTech. 17% des adolescents ont déjà reçu au moins une dose, selon les derniers chiffres des autorités sanitaires.

En revanche, la vaccination pour les enfants de moins de 12 ans "n’est pas à l’ordre du jour compte tenu de l’absence de données" - même si quelques milliers d'entre eux, atteints de pathologies lourdes, ont pu être vaccinés malgré tout.

Esther Paolini Journaliste BFMTV