BFMTV

Déconfinement: deux études soulignent le risque d'une deuxième vague

Les épidémiologistes craignent une deuxième vague après la levée du confinement

Les épidémiologistes craignent une deuxième vague après la levée du confinement - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Si les personnes âgées ne sont pas davantage protégées et que tous les élèves retournent à l'école, une deuxième vague de l'épidémie semble inévitable d'après des épidémiologistes de l'Inserm et de Public Health Expertise.

Alors que le déconfinement se profile, avec la réouverture des écoles, une certaine liberté de déplacements retrouvée et une reprise de l'activité économique, des épidémiologistes mettent en garde contre une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 qui pourrait frapper la France dans les prochains mois.

>> EN DIRECT - Coronavirus: le gouvernement va dévoiler les derniers détails du déconfinement

D'après une étude publiée par Public Health Expertise ce mercredi, en l'absence de mesures de protection renforcée à l'égard des personnes fragiles, les capacités de réanimation seront de nouveau saturées dès la fin du mois de juillet. Et ce, malgré le port du masque généralisé et la distanciation sociale qui permettraient tout de même de réduire de 75% le risque de contamination, rapporte Le Monde.

Pour éviter une telle situation qui conduirait inévitablement à l'instauration d'une nouvelle période de confinement, les auteurs de l'étude conseillent aux personnes âgées de plus de 65 ans, ou présentant des facteurs de risque, de "limiter au strict minimum leurs contacts et leurs sorties jusqu’à la fin de l’année".

Une réouverture très progressive des établissements scolaires

Une deuxième étude, menée par des modélisateurs de l'Inserm et de l'université de la Sorbonne, vient corroborer ces prévisions. D'après cette modélisation, qui se base sur une actualisation de l’impact du confinement sur le système de soins en Ile-de-France, une seconde vague "plus intense que la première" pourrait survenir si les conditions suivantes ne sont pas respectées.

Première condition: le maintien des mesures de distanciation sociale avec la moitié de la population qui reste à domicile, une réduction de 75% des contacts des personnes vulnérables et une réouverture de moins de la moitié des activités et commerces.

Il faudrait également que le dispositif de dépistage, de traçage et d'isolement des personnes atteintes du Covid-19 et de leurs contacts, mis sur pied par les autorités, détecte au moins 50% des nouvelles contaminations.

"Si 25% seulement sont identifiés, nous aurions à affronter une seconde vague plus intense que la première, débutant fin juin avec des capacités de réanimation dépassées jusqu’en août", explique au Monde Vittoria Colizza, co-auteure de l'étude.

Enfin, pour éviter cette seconde vague, les épidémiologistes préconisent de ne rouvrir les collèges et les lycées qu'à partir du 8 juin, et de n'accueillir dans un premier temps que 25% des élèves. Les classes devront être dédoublées et ne pas dépasser la moitié des effectifs habituels.

Mélanie Rostagnat