BFMTV

Covid-19: le taux de reproduction du virus au-dessus du seuil de vigilance dans trois régions métropolitaines

L'épidémie de coronavirus continue de régresser en France, mais le taux de reproduction du virus connaît tout de même une hausse dans trois régions françaises à cause de clusters localisés.

La vie a repris son cours, mais le coronavirus est toujours bel et bien présent sur le territoire. Quelques régions voient même leurs indicateurs monter depuis le déconfinement. Dans trois régions précisemment, le nombre de foyers épidémiques et le taux de reproduction du Covid-19 (R0) ont légèrement augmenté ces derniers jours: à savoir l'Occitanie, la Normandie et l'Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans son point épidémiologique daté du jeudi 18 juin, Santé Publique France rapporte que l'évolution de l'épidémie est toujours favorable en France, puisque le taux de reproduction du virus est de 0,93 à l'échelle nationale au 12 juin, pour la période du 6 au 12 juin dernier. Avec 157.716 cas jeudi, le nombre de personnes testées positives continue de baisser, tout comme le nombre d'hospitalisations (824 la semaine dernière contre 13.000 fin mars), et de patients admis en réanimation.

Ce R0, qui atteste de la transmission et circulation de la maladie sur le territoire, est donc encore inférieur à 1. Cela signifie qu’une personne infectée en contamine en moyenne moins d’une autre. A ce jour, l’épidémie est donc toujours en régression en France. A titre de comparaison, le R0 s'établissait à 2,8 en France le 15 mars dernier, soit avant le confinement. Il était ensuite redescendu à 0,73 à son terme, le 11 juin.

Nombre de reproduction effectif du coronavirus par régions du 6 au 12 juin 2020.
Nombre de reproduction effectif du coronavirus par régions du 6 au 12 juin 2020. © Santé Publique France

En Métropole, le R0 (indicateur de la transmission et circulation du virus) dépasse le chiffre 1 dans trois régions, comme l'indique Santé Publique France dans son communiqué:

"Le nombre de reproduction R effectif est inférieur à 1 dans la majorité des régions, à l’exception de 3 régions en métropole du fait de clusters localisés en cours d’investigation".

C'est en région Occitanie que le taux de reproduction du virus est actuellement le plus élevé. Selon Santé Publique France, le R0 s'y établit à 1,51 dans la région, au-delà du seuil de vigilance de 1. Il s'agirait de contaminations détectées chez des employés saisonniers travaillant dans des exploitations agricoles. Mardi, l'ARS recensait 113 hospitalisations dont 16 en réanimation en Occitanie, et elle indiquait aussi que 25 cas positifs étaient détectés par jour dans la région.

Ce taux est aussi légèrement repassé au-dessus de 1 cette semaine dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, puisqu'il s'établit désormais à 1,02. Neuf foyers épidémiques se trouvent en cours de suivi dans la région, selon les chiffres communiqués jeudi par l'ARS, dont trois sont considérés comme maîtrisés (sans nouveaux cas rapporté depuis au moins 7 jours). Deux de ces foyers sont nés en établissement de santé, et sept dans un milieu familial élargi. 8 personnes ont été contaminées en lien avec le centre hospitalier de Vichy, et 48 autres dans une famille en Drôme et en Ardèche.

En Normandie, le R0 a dépassé le seuil de vigilance: il est désormais de 1,14. Cinq foyers épidémiques ont été identifiés depuis début juin dans le sud de l'agglomération rouennaise, comme l'avait communiqué l'ARS mardi.

"La situation de la Seine-Maritime fait évidemment l'objet d'une attention particulière afin d'anticiper toute évolution défavorable et de mettre en place les mesures appropriés", indiquait jeudi l'Agence régionale de Santé.

En dehors du cadre familial ou des Ehpad qui sont les lieux où s'est majoritairement propagé le virus, Santé Publique France rapporte que 28% des contaminations ont eu lieu dans des établissements de santé, 16% au sein d'entreprises, et 14% dans les établissements d'hébergements sociaux et d'insertion. Dans le Grand-Est, la vigilance est également de mise puisque 42 foyers épidémiques ont été signalés depuis la mi-mai.

Néanmoins, le taux de reproduction du virus est toujours sous la barre des 1, puisqu'il s'établissait jeudi à 0,89.En raison de "la persistance de la circulation virale", les autorités appellent à un "haut maintien de vigilance sur les mesures d'hygiène, de protection et de distanciation physique afin de limiter au maximum la survenue ou le maintien de chaînes de transmission".

Plus de 200 clusters détectés en France depuis le déconfinement

Depuis le 9 mai dernier, 239 clusters (hors Ehpad et milieu familial restreint) ont été identifiés sur le territoire national: 219 en France métropolitaine et 20 autres dans les départements et régions d’Outre-mer. 74 de ces clusters sont en cours d’investigation, précise l'Agence nationale de Santé publique, qui note que ce chiffre est en légère hausse mais qui assure qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. 19% de ces foyers sont maîtrisés, et 49% d'ores et déjà contrôlés.

Le virus continue de "circuler sur l’ensemble du territoire, comme le montre le nombre de nouveaux 'clusters'", avait communiqué la veille la direction générale de la Santé lors de son bilan quotidien. La DGS faisait alors état de "244 cas groupés depuis le 9 mai, dont 5 nouveaux depuis mercredi et 123 qui ne sont plus actifs". Elle assure néanmoins qu’aucun foyer de contamination "ne témoigne à ce jour d’une transmission communautaire non contrôlée".

"Le nombre hebdomadaire est en légère augmentation (37) comparativement à la semaine dernière (29), mais reste inférieur aux semaines 20, 21 et 22", précise Santé Publique France.
Carte de répartition des clusters en France entre le 9 mai et le 16 juin 2020.
Carte de répartition des clusters en France entre le 9 mai et le 16 juin 2020. © Santé Publique France

Mayotte et la Guyane se trouvent toujours dans une situation plus préoccupante. Les deux départements sont toujours en zone orange et font l'objet d'une surveillance renforcée des autorités sanitaires. A Mayotte, le nombre de cas de contamination reste élevé mais il tend à baisser. Face à l'épidémie de Covid-19 qui "accélère" en Guyane, les autorités ont annoncé jeudi un allongement du couvre-feu sur les trois communes de l'Ile de Cayenne, tandis que deux patients ont été évacués vers les Antilles. Selon les derniers chiffres communiqués jeudi, l'épidémie a progressé de 204 cas supplémentaires en 24h, pour s'établir à 1758 cas positifs. Le R0 est désormais de 2,59.

"Les dernières données de surveillance épidémiologique témoignent d'une franche accélération de la circulation du virus sur l'Ile de Cayenne (Cayenne, Matoury et Rémire-Montjoly) ces derniers jours", expliquent la préfecture de Guyane et l'ARS, dans un communiqué commun.
Jeanne Bulant Journaliste BFMTV