BFMTV

Coronavirus: 5 clusters détectés près de Rouen, le seuil de vigilance dépassé

Test de dépistage du coronavirus, le 10 juin 2020 à Paris (photo d'illustration).

Test de dépistage du coronavirus, le 10 juin 2020 à Paris (photo d'illustration). - BERTRAND GUAY © 2020 AFP

Ce jeudi, "le taux de reproduction effectif du virus" ou R0, a dépassé le seuil de vigilance, fixé à 1, a annoncé l'Agence régionale de Santé.

Cinq foyers épidémiques ont été identifiés depuis début juin dans le sud de l'agglomération rouennaise, d'après l'Agence régionale de Santé ce mardi, relayée par France Bleu Normandie. Au total, une trentaine de personnes ont été testées positives au Covid-19 et ont toutes été placées en quatorzaine.

Par ailleurs, ce jeudi en Normandie, "le taux de reproduction effectif du virus" ou R0, a "dépassé le seuil de vigilance, fixé à 1", a fait savoir l'ARS. "Il est désormais de 1,14 ". Ce chiffre correspond au nombre moyen de personnes qu’un malade positif va contaminer. A l'échelle nationale, le R0 se situe actuellement à 0.93. Le seuil d'alerte est fixé quant à lui à 1,5.

"Cette situation reflète donc une circulation virale réelle mais contrôlée", précise l'ARS ce jeudi. "La situation de la Seine-Maritime fait évidemment l’objet d’une attention particulière afin d’anticiper toute évolution défavorable et de mettre en place les mesures appropriées".

L'Agence régionale de Santé indiquait, deux jours plus tôt, que quatre de ces cinq foyers étaient des clusters dits "familiaux", c'est-à-dire que le virus s'est propagé au sein de quatre familles vivant sur la rive gauche de Rouen ou des communes proches, comme Petit-Quevilly et Saint-Etienne-du-Rouvray.

Un foyer détecté dans un Ehpad

L'ARS explique être remontée aux premiers foyers grâce au système de contact-tracing, après avoir reçu les signalements de plus de deux cas au sein d'une même famille. En remontant la piste, l'Agence de santé régionale détecte ensuite 12 personnes contaminées, puis 13 autres personnes au sein d'un Ehpad. Deux d'entre elles sont mortes au sein de l'établissement pour personnes âgées. Les visites ont depuis été suspendues dans cet Ehpad.

"On peut clairement parler d’une recrudescence de cas",  indique à France Bleu Benoît Cottrelle, chef du pôle veille et sécurité sanitaire à l’Agence de Santé normande, pour qui "cette situation n’est pas normale mais n’est pas non plus préoccupante ou inquiétante". La situation est "surveillée de près, on surveille si d’autres cas apparaissent dans la population en dehors de ces regroupements familiaux."
Jeanne Bulant Journaliste BFMTV