BFMTV

Covid-19: "La situation appelle plus de vigilance", met en garde Castex

Jean Castex lors de son déplacement sur le site de l'entreprise X-FAB en banlieue parisienne le 4 juillet 2020

Jean Castex lors de son déplacement sur le site de l'entreprise X-FAB en banlieue parisienne le 4 juillet 2020 - Thomas COEX © 2019 AFP

Interrogé sur un éventuel reconfinement en France, à l'instar de celui décrété depuis vendredi à Barcelone, le Premier ministre a fait valoir que "les chiffres à Barcelone sont beaucoup plus dégradés que ce que nous observons" en France, même s'il y a "eu incontestablement un relâchement".

Le Premier ministre Jean Castex a contesté ce vendredi que la situation sanitaire en France soit "grave" tout en appelant à "plus de vigilance", lors d'un entretien au 20H de France 2.

"Il faut être vigilant. (Nous ne sommes pas) dans une situation grave, mais c'est une situation qui appelle plus de vigilance", a déclaré le chef du gouvernement, alors que le taux de reproduction du virus est en hausse dans plusieurs régions, dont la Bretagne.

Interrogé sur un éventuel reconfinement en France, à l'instar de celui décrété depuis vendredi à Barcelone, le Premier ministre a fait valoir que "les chiffres à Barcelone sont beaucoup plus dégradés que ce que nous observons" en France, même s'il y a "eu incontestablement un relâchement".

"Mais on ignore ce qui sera dans trois semaines et donc notre rôle c'est de faire de la prévention en testant davantage et en accentuant la pédagogie auprès de nos concitoyens", a-t-il ajouté, en reconnaissant que les délais pour obtenir un rendez-vous dans certains laboratoires pour effectuer un test s'étaient allongés. "Il semble que le phénomène soit un petit peu aggravé ces jours-ci", a-t-il convenu, mais en rappelant que le ministre de la Santé Olivier Véran avait reçu dans la journée les représentants des laboratoires.

"Des sanctions" pour non-respct du port du masque

Jean Castex a en outre indiqué que les test salivaires étaient en cours de développement alors que les tests virologiques ne se font actuellement que par prélèvement nasal.

Il a également rappelé que le port du masque serait obligatoire dans les lieux publics clos, comme les commerces et les marchés couverts, à partir de la semaine prochaine, ajoutant que le décret qui va entrer en vigueur en ce sens allait prévoir "des sanctions", sans plus de précisions.

À propos des voyages aériens, le Premier ministre a souhaité que des tests soient obligatoires "au départ du pays (étranger) et que, éventuellement, on puisse renforcer à l'arrivée au cas où une personne venant de ces pays n'aurait pas pu être testée parce que dans certains pays, par rapport à nous, l'appareil de test et de prévention est beaucoup plus faible".

"Nous sommes d'ores et déjà en train de renforcer les dispositifs dans les ports et les aéroports", a-t-il encore souligné.

C.Bo. avec AFP