BFMTV
Santé

Covid-19: Gabriel Attal assure qu'"il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement"

Lors de son traditionnel compte-rendu du Conseil des ministres ce mercredi, le porte-parole du gouvernement a tenu à saluer la "responsabilité" des Français et a également appelé à la plus grande prudence face à une situation qui reste "fragile."

Gabriel Attal se veut optimiste. Lors de son point presse tenu ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres, qui suivait lui-même un Conseil de défense sanitaire, le porte-parole du gouvernement a assuré qu'il "existe bien un chemin pour éviter le reconfinement", bien que "la situation reste fragile."

"Il s'agit de prendre les bonnes décisions au bon moment, et de prendre les mesures nécessaires pour protéger notre hôpital et la santé des Français", a-t-il fait valoir. Il a également souligné que les mesures prises par le gouvernement, dont le couvre-feu à 18h, portent peu à peu leurs fruits, malgré des "disparités territoriales."

"Nous sommes toujours sur ce plateau haut dont nous parlons depuis plusieurs semaines qui commence à être légèrement décroissant, je crois que c’est une diminution d’incidence de 2% sur la semaine passée. [...] Nous comptons une cinquantaine de départements avec une baisse importante de l’incidence, une trentaine où celle-ci est stable, et un peu plus d’une vingtaine où l’incidence continue à augmenter", a détaille Gabriel Attal.

La responsabilité des Français saluée

De cet état de fait, le porte-parole a assuré vouloir "tirer trois enseignements."

"Le premier est qu’il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement, ce chemin n’est pas large, mais il existe, nous aurions tort de ne pas tout mettre en œuvre pour y parvenir. Cela suppose de suivre et de maintenir avec la plus grande attention la propagation des variants, qui explique le risque d’emballement épidémique redouté."

En outre, Gabriel Attal a précisé qu'une nouvelle quarantaine, "de par son impact, doit être une mesure d'ultime recours dès lors que nous avons tout fait pour l'éviter."

Comme deuxième enseignement, le porte-parole a tenu à saluer "la responsabilité extraordinaire des Français dans ces circonstances."

"Certains, par cynisme ou par fatalité, ont ri à chaque fois que nous avons employé ce mot de 'responsabilité'. Premier confinement, deuxième confinement, la période des fêtes où certains multipliaient les alertes sur le fait qu’elles entraîneraient nécessairement un rebond très fort de l’épidémie au mois de janvier. Or, tout cela nous a prouvé que les Français savaient prendre leurs responsabilités, agir en conscience, et faire mentir ceux qui jouaient sur l’échec et le chaos", a martelé Gabriel Attal.

En guise de troisième enseignement, le secrétaire d'Etat a estimé qu'il est "malheureusement trop tôt pour se réjouir."

"Le France a beau se trouver dans une situation enviable par rapport à un certain nombre de ses voisins européens, la situation est fragile et notre surveillance doit être redoublée", a-t-il prévenu.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV