BFMTV

Coronavirus: de premiers cas soupçonnés dès la mi-novembre en Alsace

Prise en charge d'un patient atteint du Covid-19 dans un hôpital de Colmar, le 26 mars 2020

Prise en charge d'un patient atteint du Covid-19 dans un hôpital de Colmar, le 26 mars 2020 - SEBASTIEN BOZON / AFP

Un hôpital de Colmar a réanalysé plus de 2000 scanners thoraciques réalisés entre le 1er novembre et le 30 avril.

Fin février, le premier cas de contamination au Covid-19 en Alsace est officiellement identifié: un homme âgé de 36 ans qui rentrait de voyage en Lombardie. Dans un communiqué publié ce jeudi, le Docteur Michel Schmitt, chef du département d’imagerie médicale de l'hôpital Albert Schweitzer de Colmar, annonce toutefois soupçonner "des premiers cas dès le 16 novembre". 

Alors que "plusieurs professionnels de santé ont fait le constat cet hiver d’accidents de santé atypiques chez des adultes ou des enfants, rapidement qualifiés de grippe", le médecin et son équipe ont passé en revue 2456 scanners thoraciques réalisés entre le 1er novembre et le 30 avril, pour tous motifs confondus (pathologies cardiaques, pulmonaires, traumatiques, tumorales).

D'après cette étude rétrospective, de premiers cas de contamination au Covid-19 ont ainsi été recensés dès la mi-novembre dans cet hôpital de Colmar.

Lente progression jusqu'à la fin février

Michel Schmitt explique avoir ensuite observé "une progression très lente de l’incidence de la pathologie jusqu’à la fin février", puis une augmentation rapide après les fêtes de fin d'année et le rassemblement religieux de Mulhouse, à l'origine de dizaine de cas de contaminations dans le pays.

Ces analyses doivent désormais être confirmées: le département d’imagerie médicale de l'hôpital Albert Schweitzer de Colmar informe avoir lancé une collaboration avec le CNRS pour entamer une exploitation épidémiologique de ces résultats et estime que cette étude pourra être approfondie "grâce à des données biologiques ou des rapports d’hospitalisation", mais aussi être étendue à d’autres centres d’imagerie.

Un cas en décembre en Île-de-France

A l'heure actuelle, le cas le plus ancien recensé en France remonte au 27 décembre dernier: Amirouche Hammar, 43 ans, souffrait de toux sèche, de fièvre fatigue, de graves difficultés à respirer et de douleurs au thorax. Il avait été hospitalisé mais l'origine de la maladie restait mystérieuse pour les équipes soignantes. Le réexamen d'un échantillon prélevé à l'époque a depuis confirmé qu'il avait été touché par le Covid-19.

Mélanie Rostagnat