BFMTV

Surveillants agressés en prison: Marine Le Pen veut une commission d'enquête parlementaire

Marine Le Pen vendredi soir sur BFMTV

Marine Le Pen vendredi soir sur BFMTV - BFMTV

La présidente du FN et députée du Pas-de-Calais a réclamé ce vendredi sur notre antenne des conditions d'incarcération spéciales pour les auteurs d'actes de terrorisme et la création d'une commission parlementaire, après l'agression de surveillants pénitentiaires à Vendin-le-Vieil, jeudi dans le Pas-de-Calais.

Marine Le Pen s'est déplacée ce vendredi matin à Vendin-le-Vieil, où un détenu islamiste, ancien cadre d'Al Qaïda, a agressé trois surveillants jeudi dans la prison de cette commune du Pas-de-Calais. Invitée ce vendredi sur notre antenne, la patronne du FN prévient: "Je vais demander une commission d’enquête parlementaire sur les faits. Il y a eu manifestement la prise en considération du danger représenté par ce personnage dans un premier temps. Or ces mesures ont été levées, on ne sait pas pourquoi."

Le Pen veut des mesures spéciales pour les terroristes 

Avant le déplacement mardi prochain de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, dans l'établissement de Vendin-le-Vieil, la présidente du Front national a déclaré: "Structurellement, il faut qu’on arrête avec l’angélisme." Plus tôt, elle avait fustigé la "dérive laxiste impulsée notamment par Christiane Taubira". 

"En réalité aujourd’hui, tous les détenus ont les mêmes droits. On savait, les gardiens le savaient, que cet homme fomentait quelque chose. Et il avait un couteau, une paire de ciseaux entre les mains. Pourquoi? Parce qu’on ne se donne pas les moyens de traiter les terroristes comme des détenus dangereux par principe", a-t-elle regretté. "Ils sont libres de circuler dans la prison, on ne peut pas les menotter pendant qu’ils circulent. On ne peut pas opérer de fouilles aléatoires, ils ont le droit de réclamer d’aller téléphoner quand ils veulent", a-t-elle assuré. 

Pour Marine Le Pen, il s'agit à présent d'entourer les personnes condamnées pour des actes de terrorisme de mesures particulières: "Il n’y a pas de détention particulière pour les détenus qui représentent un danger particulier. J’ai réclamé une procédure particulière pour les auteurs d’actes terroristes, qui sont des actes de guerre, avec notamment des conditions d’incarcération particulières". 

Robin Verner