BFMTV

Sur TF1, Fillon, Le Pen et Macron critiquent l'organisation du débat présidentiel

-

- - TF1

François Fillon comme Marine Le Pen ou Emmanuel Macron ont durement jugé le débat de l'élection présidentielle organisé sur TF1. Ils regrettent l'absence de six candidats sur les onze officiellement en lice.

C'est sur le plateau de TF1 que deux des candidats ont critiqué l'organisation même du débat. Dans son propos liminaire, François Fillon a estimé que si une telle règle avait eu lieu pour la primaire de la droite, il n'aurait sans doute pas pu y participer. Sur les onze candidats, seuls cinq sont présents ce soir. "Cela pose une question démocratique" a assuré l'ancien Premier ministre.

Emmanuel Macron a "partagé" la critique de son adversaire "à propos des autres candidats absents" puis quelques minutes plus tard, Marine Le Pen a tenu également le même discours. D'entrée, la présidente du Front national a dénoncé les conditions du débat. "TF1 pourrait effectivement s'honorer à organiser un débat avec les candidats qui ne sont pas présents ce soir", a-t-elle lancé.

Nicolas Dupont-Aignan avait quitté le plateau de TF1

De fait, seuls les cinq candidats mieux placés dans les sondages ont été invités pour ce débat. Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Jean Lassalle, Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud ou encore François Asselineau sont également candidats à l'élection présidentielle.

Jusqu'au lundi 10 avril, date officielle du début de la campagne électorale, c'est le principe d'équité et non d'égalité qui est en vigueur. Il impose que le temps de parole corresponde à la représentativité du candidat.

Cette organisation a vivement été dénoncée par les absents ces derniers jours. Déjà sur le plateau de TF1, Nicolas Dupont-Aignan avait dit tout le mal qu'il pensait de ce débat dans le JT d'Audrey Crespo-Mara. Allant jusqu'à quitter brutalement le plateau pour protester contre ce qu'il considère un "déni de démocratie".

Quelques jours plus tôt, le candidat de Debout la France avait saisi le CSA et le Conseil d'Etat pour imposer à TF1 d'inviter l'ensemble des candidats. De son côté, TF1 s'est défendu en expliquant que "le CSA puis le Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative, saisi en référé, ont débouté Nicolas Dupont-Aignan".

Ivan Valerio