BFMTV

Sur Facebook, Fillon affirme à ses soutiens que c’est son "projet qui est ciblé"

François Fillon a choisi d'envoyer vendredi soir un message à ses soutiens dans une vidéo publiée à 18 heures sur son compte Facebook. Le candidat promet qu'il sera "inébranlable", et qu'il "tiendra bon". "C'est notre victoire que l'on veut nous voler", lance-t-il.

Vendredi soir, vers 18h, François Fillon est apparu dans une vidéo Facebook sur un fond bleu. Là, seul, face caméra, il adresse un message à ses soutiens.

Le visage fatigué, les mains qui s'agitent, François Fillon lance un "mes chers amis" pour commencer sa vidéo de trois minutes, avant d'ajouter "Je mesure ce que vous vivez".

"Je comprends que ces accusations troublent certains d’entre vous en raison de leur martèlement. [...] Comment cela ne serait-il pas le cas quand la voix de la défense se fait systématiquement recouvrir par le bruit et la fureur de l’accusation ? Mais des mensonges, fussent-ils répétés 100 fois, ne parviendront jamais à constituer une demi-vérité. J’éprouve une colère froide face à tant de bassesse", lance François Fillon dans sa vidéo Facebook.

"C’est notre victoire que l’on veut nous voler"

Pour la première fois, le candidat de droite reconnait ainsi que ces scandales peuvent semer le doute dans son électorat. Mais pour François Fillon ces mises en cause du Canard Enchaîné ont pour objectif de "voler la victoire" de la droite. Pas question alors pour lui de changer de ligne de défense. 

"C’est le projet que nous représentons qui est aujourd’hui ciblé; ce sont les valeurs que nous incarnons qui sont attaquées; c’est notre victoire que l’on veut nous voler. Car nous portons le seul projet capable de redresser enfin notre pays. Entre les utopistes et les extrémistes, il n’y a que nous. Le chemin que nous proposons aux Français est certes exigeant, mais c’est le seul chemin qui conduira au relèvement de la France. "

Le candidat LR à la présidentielle se retrouve au coeur d'une polémique depuis une dizaine de jours. Sa femme aurait perçu 900.000 euros pour deux emplois présumés fictifs. L'un à l'Assemblée nationale comme attachée parlementaire, l'autre comme salariée à La Revue des deux mondes. A cela s'ajoutent 84.000 euros perçus par deux des enfants du couple, Marie et Charles. 

"Je vais me battre contre un système"

Le timbre de voix monte, ses mains s'agitent un peu plus et l'ancien Premier ministre appelle "ses amis à ne pas baisser les bras".

"Je vais me battre contre un système qui, en cherchant à me casser, cherche à vous briser. [...] Je tiendrai bon face à ceux qui, dans l’ombre, tentent de m’atteindre. Parce qu’en voulant m’atteindre, ils veulent vous contraindre à baisser les yeux. Je vous le demande: ne baissez pas les yeux, ne baissez pas la tête."

Après les révélations du Canard Enchaîné, le parquet national financier a ouvert une enquête pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits". L'enquête porte désormais aussi sur les emplois comme assistants parlementaires de deux enfants du candidat à la présidentielle.

Elodie Hervé