BFMTV

Sortie bousculée au théâtre, séjour au ski pendant les gilets jaunes: l'impossible vie privée de Macron

Emmanuel et Brigitte Macron, le 22 août 2019 à l'Élysée.

Emmanuel et Brigitte Macron, le 22 août 2019 à l'Élysée. - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Vendredi soir, une sortie d'Emmanuel et Brigitte Macron au théâtre parisien des Bouffes du Nord a été chamboulée par des manifestants tentant de pénétrer dans le lieu culturel.

Emmanuel Macron peut-il encore avoir une vie "normale", en dépit de son mandat de président de la République? Vendredi soir, la sortie du couple présidentiel au théâtre des Bouffes du Nord, dans le Xe arrondissement de Paris, a été perturbée par une trentaine de manifestants opposés à la réforme des retraites qui tentaient de pénétrer dans les lieux, avertis de la présence du chef de l'État.

Pour notre éditorialiste politique Nicolas Prissette, la réponse est claire. Non, du fait de sa charge, Emmanuel Macron ne peut plus mener une existence "normale", similaire à celle qu'il avait coutume de mener. Et ce, depuis son élection à l'Élysée en 2017.

Alors, si Emmanuel Macron a pu assister jusqu'au bout à la représentation de La Mouche, vendredi soir, le chef de l'État a néanmoins dû être "sécurisé" pendant quelques minutes.

"Même si avec son épouse il tente d'avoir des moments de couple, de sorties par exemple au théâtre, comme hier soir ou bien au restaurant, le corps présidentiel s'impose, comme le corps du roi s'imposait par le passé, et donc ce n'est pas possible d'avoir une vie normale, y compris et surtout quand on est dans une situation de tensions sociales comme aujourd'hui", développe Nicolas Prissette.

Changement d'habitudes

Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron continue malgré tout de sortir discrètement dans Paris, pour aller au restaurant ou au théâtre avec son épouse. 

"Le Président continuera de se rendre au théâtre avec son épouse comme il a l’habitude de le faire. Il continuera à protéger la liberté d’expression et de création des artistes menacés par des violences politiques", a indiqué son entourage à BFMTV vendredi après l'épisode des Bouffes du Nord.

En décembre 2018, au plus fort de la crise des gilets jaunes, Le Monde publiait un article évoquant "la vie à huis clos d'Emmanuel Macron", depuis l'avènement du mouvement social. Et faisait état des changements concrets dans la nouvelle existence de l'ancien ministre de l'Économie, où les dîners à l'improviste, à La Rotonde ou ailleurs, se sont raréfiés, malgré tout.

Quelques mois après, c'est un séjour à La Mongie, station de ski pyrénéenne, qui créait la controverse. Le chef de l'État avait dû écourter son week-end, alors que des violences avaient éclaté sur l'avenue des Champs-Élysées où la célèbre brasserie du Fouquet's avait été incendiée, en marge d'une manifestation des gilets jaunes.

dossier :

Emmanuel Macron

Clarisse Martin