BFMTV

Ce que l'on sait de la soirée mouvementée de Macron au théâtre des Bouffes du Nord

Un policier devant le théâtre des Bouffes du Nord à Paris, où Emmanuel Macron assistait à une pièce de théâtre vendredi 17 janvier 2020.

Un policier devant le théâtre des Bouffes du Nord à Paris, où Emmanuel Macron assistait à une pièce de théâtre vendredi 17 janvier 2020. - LUCAS BARIOULET / AFP

Le chef de l'État assistait à une représentation avec son épouse lorsque des manifestants ont tenté d'entrer dans cette salle de spectacles du Xe arrondissement de Paris.

Emmanuel Macron et son épouse ont conservé cette habitude: sortir pour aller au théâtre ou au restaurant, comme ils en avaient coutume avant leur arrivée à l'Élysée. Vendredi soir, le couple présidentiel se trouvait donc au théâtre des Bouffes du Nord, dans le Xe arrondissement de Paris, pour assister à une représentation de La Mouche.

Mais, alors que la contestation contre la réforme des retraites se poursuit depuis le 5 décembre dernier, une trentaine de manifestants ont tenté d'entrer dans la salle de spectacles du boulevard de la Chapelle, avant d'être repoussés par les forces de l'ordre.

Taha Bouhafs en garde à vue

Plus tôt dans la soirée, le journaliste militant Taha Bouhafs, assis trois rangs derrière le chef de l'État, avait indiqué sur Twitter se trouver dans le même théâtre qu'Emmanuel Macron, en précisant l'adresse du lieu culturel. Il a ensuite demandé à ses dizaines de milliers d'abonnés s'il devait, ou non, lancer ses chaussures sur le président, à l'image du célèbre geste d'un journaliste irakien contre le président américain Georges W. Bush en 2008."Une plaisanterie", précisera-t-il un peu plus tard.

Selon le journaliste David Dufresne, un autre message a été publié sur Twitter avant celui de Taha Bouhafs, donnant la localisation du théâtre et appelant à venir manifester.

Taha Bouhafs, 22 ans, a été interpellé et placé en garde à vue pour "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations", a indiqué une source judiciaire à l'Agence France-Presse (AFP).

Macron a assisté à la représentation jusqu'à la fin

Si Emmanuel Macron a dû être "sécurisé" pendant quelques minutes, il a toutefois pu retourner voir la pièce et assister à la représentation jusqu'à son terme. Il a quitté les lieux sous escorte policière en voiture, aux alentours de 22 heures.

Pendant ce temps, les manifestants repoussés ont fait face pendant environ une heure au théâtre, aux cris de "tous ensemble, grève générale" ou de "Macron, démission". De nombreux policiers étaient déployés.

Réactions politiques

"Président @EmmanuelMacron @BouffesDuNord, intrusion @CFDT, cérémonies de vœux des députés @LaREM_AN et ministres empêchées ou annulées. Les auteurs de ces agressions sèment la violence et la discorde. Nous les ferons reculer par le rassemblement des Français et la solidarité", a réagi le patrons des députés LaREM Gilles Le Gendre.

"Dans quel régime sommes-nous pour qu'un président, furieux que des manifestants le conspuent à l'extérieur d'un théâtre, fasse arrêter un journaliste qui s'y trouvait et qui avait osé communiquer sur sa présence ? #monarchie #liberezTaha", a accusé pour sa part le député Insoumis Éric Coquerel. 

Macron peu visible en public ces derniers temps

"Le Président continuera de se rendre au théâtre avec son épouse comme il a l’habitude de le faire. Il continuera à protéger la liberté d’expression et de création des artistes menacés par des violences politiques", a indiqué l'entourage d'Emmanuel Macron à BFMTV.

Alors que la réforme des retraites suscite la contestation depuis maintenant 44 jours, Emmanuel Macron s'est révélé peu visible en public ces dernières semaines. Il n'a pas fait de bain de foule depuis son passage à Amiens les 21 et 22 novembre, avant la réforme des retraites.

dossier :

Emmanuel Macron

Clarisse Martin avec AFP