BFMTV

Sondage: Macron perçu comme "dynamique" et "autoritaire" par plus de 7 Français sur 10

Selon le nouveau sondage "L'Opinion en direct" piloté par l'institut Elabe pour BFMTV diffusé ce mercredi, les traits les plus saillants de la personnalité d'Emmanuel Macron pour l'électorat sont le "dynamisme" et la dimension "autoritaire" du personnage. Mais les différents items montrent un décrochage auprès de l'opinion.

La personnalité d'Emmanuel Macron est de moins en moins bien considérée par l'électorat. C'est la leçon la plus saillante du nouveau sondage "L'Opinion en direct" dirigé par l'institut Elabe pour BFMTV et relayé ce mercredi.

Pour les personnes interrogées, Emmanuel Macron apparaît avant tout comme "dynamique", pour 73% des Français, et "autoritaire", pour 71% d'entre eux. Mais les sondés sont 11% de moins que lors de la précédente mesure effectuée les 11 et 12 juillet derniers à lui attribuer la première caractéristique. Et cet affaissement, voire cette chute, est encore perceptible pour les autres traits jaugés.

Des perceptions positives sur le reculoir

Ainsi, la conviction de sa volonté de "vraiment changer les choses", qui est encore forte de 60% des suffrages des sondés, s'est allégée de 8%. Jugé "sympathique" par 57% des Français, c'est encore un décrochage de 11 points. Est-il capable de réformer le pays? Oui, selon 54% des personnes interrogées, une réponse qui se situe à un niveau inférieur de cinq points à celui de mi-juillet dernier. Elles ne sont plus que 42% à valider sa capacité à rassembler la population, en recul de neuf points. 50% des Français l'estiment "honnête" et 49% pensent qu'Emmanuel Macron "respecte ses engagements".

68% des gens interrogés ont pour avis qu'il ne possède pas la faculté de "les comprendre" (-3 points). Emmanuel Macron enregistre une augmentation cependant. Un pourcentage de Français supplémentaire vient s'ajouter à la somme de ceux qu'il "inquiète" (57%).

Une opinion divisée

C'est parmi ses soutiens du premier tour de la présidentielle que le chef de l'Etat peut encore compter sur de nombreux enthousiasmes. Les scores y oscillent de 69% (sur la compréhension des "gens comme vous) à 94% pour "le dynamisme". Les électeurs d'Emmanuel Macron sont seulement 28% à se sentir "inquiets" après ce début de quinquennat. Seulement, ils sont 12% de moins à le gratifier de la capacité de rassembler les Français, actuellement estimée à 76%.

Les anciens électeurs de Benoît Hamon au premier tour de la présidentielle balancent d'un score de 33% pour le sujet de la proximité et celui de 86% attaché à son "dynamisme". Ceux de François Fillon ne sont que 32% à juger qu'il "les comprend" mais montent jusqu'à 82% lorsqu'il s'agit de lui octroyer le qualificatif "autoritaire".

Des réserves au sujet de l'action politique d'Emmanuel Macron

La perplexité qui paraît s'emparer des citoyens concernant la personnalité du chef de l'exécutif se prolonge dans la conception qu'ils nourrissent de son action politique. 50% d'entre eux réservent certes leur avis, expliquant qu'il est encore trop tôt pour se prononcer. L'autre moitié a formulé le sien et pour 36% "l'action d'Emmanuel Macron en tant que Président de la République" est "décevante". Elle n'est "satisfaisante" à ce stade que pour 14% des Français.

Les électeurs sont bien sûr les plus souvent satisfaits, à hauteur de 36%, et les moins souvent déçus, avec 6%. Ils sont tout de même 57% à attendre pour se prononcer. Les dominantes des autres familles politiques sont les suivantes: 57% des "hamonistes" estiment qu'il est trop tôt pour juger, les "fillonistes" 53%. La déception l'emporte en revanche nettement dans les rangs de Jean-Luc Mélenchon, où elle atteint un taux de 51%, et dans ceux de Marine Le Pen, avec 54%.

Echantillon de 1.004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 22 et 23 août 2017.

Robin Verner