BFMTV

SONDAGE BFMTV - Présidentielle 2022: 48% des Français estiment "probable" une victoire de Marine Le Pen

Un nouveau sondage "L'opinion en direct", réalisé par l'institut Elabe et publié ce jeudi matin, a voulu évaluer la perception que les Français ont de Marine Le Pen. Il apparaît que le potentiel électoral de la présidente du Rassemblement national est en hausse.

Un peu plus d'un an environ avant la présidentielle, l'institut Elabe a voulu jauger la perception de Marine Le Pen, souvent vue par les observateurs comme la principale rivale d'Emmanuel Macron pour 2022, au sein de la population.

Ce sondage "L'Opinion en direct", publié ce jeudi matin, montre notamment que près d'un Français sur deux estime sa victoire en 2022 possible, et 36% des électeurs déclarent qu'ils pourraient "probablement" voter en sa faveur lors du scrutin.

Un vote "tout à fait probable" pour 17% des Français

C'est en effet là l'un des enseignements majeurs de cette enquête d'opinion. Le potentiel électoral de Marine Le Pen en vue de la prochaine présidentielle - c'est-à-dire les Français affirmant qu'ils voteront "probablement" pour elle - gagne deux points en six mois, pour atteindre 36%. Parmi eux, ils sont même 17% à dire leur suffrage "tout à fait probable".

43% des ouvriers se situent dans cet ensemble, et on relève le même pourcentage parmi les personnes ayant des difficultés à boucler les fins de mois. La candidate ne fait, en revanche, pas autant recette chez les personnes âgées de 65 ans et plus, auprès desquelles elle recueille cependant un taux de 25%.

Un coup d'oeil en direction des différents électorats de la campagne de 2017 nous apprend que 27% des anciens partisans de François Fillon envisagent le bulletin Marine Le Pen. 64% des Français, toutefois, excluent de donner leur voix à Marine Le Pen lors de la prochaine présidentielle, dont 48% jugeant la chose "pas du tout probable".

En ce qui concerne les régionales, qui se tiendront en juin prochain, 32% des sondés - une statistique en progression d'un point - qualifient de "probable" leur vote pour le Rassemblement national, tandis qu'ils sont 67% à l'écarter, dont 47% assurant qu'il n'est "pas du tout probable" qu'ils choisissent tout de même le mouvement de Marine Le Pen.

Le potentiel électoral de Marine Le Pen en hausse.
Le potentiel électoral de Marine Le Pen en hausse. © Elabe

Un Français sur deux voit Marine Le Pen l'emporter

La cote d'une victoire de Marine Le Pen à la présidentielle monte au sein de la population. 48% des Français (en hausse de 7 points en six mois) la voient comme "probable". Plus précisément, 43% la décrivent comme "probable" et 5% comme "certaine". Les tranches sociologiques projetant le plus massivement un succès de Marine Le Pen comprennent les 18-24 ans (62%) et les ouvriers (59%).

Près d'un Français imagine Marine Le Pen l'emporter.
Près d'un Français imagine Marine Le Pen l'emporter. © Elabe

Le sondage révèle que les Français accordent à Marine Le Pen l'avantage sur le pouvoir actuel dans trois domaines: l'immigration, la sécurité, les discriminations et violences envers les femmes. Pour le premier axe, ils sont 51% à poser qu'elle ferait mieux qu'Emmanuel Macron, et 27% "ni mieux ni moins bien".

Dans le deuxième cas, 44% d'entre eux affirment qu'elle ferait mieux que le président de la République sortant, et 38% "ni mieux ni moins bien". Enfin, 31% des sondés pensent qu'elle ferait "mieux" pour lutter contre les discriminations et violences envers les femmes.

Emmanuel Macron a au contraire le dessus sur elle si l'on considère les autres thématiques citées, de l'emploi à la place de la France en Europe et à l'international, en passant par la gestion de la crise du coronavirus et l'écologie (son retard allant de quatre à 18 points).

Un vote d'adhésion... mais aussi contestataire

C'est l'une des interrogations les plus persistantes autour de l'analyse du vote pour le Rassemblement national et sa leader. Tandis qu'acteurs et observateurs de la vie politique en parlent souvent comme d'un vote "contestataire", Marine Le Pen soutient qu'il s'agit d'une adhésion à son programme. Or, selon notre sondage Elabe... les deux propositions sont justes.

En effet, parmi les personnes ayant déclaré qu'elles pourraient voter pour Marine Le Pen, 60% expliquent que leur suffrage serait motivé par leur assentiment avec les positions de la candidate mais ils sont également 50% à en faire le moyen d'exprimer leur mécontentement ou leur colère. Enfin, 36% s'appuient sur leur volonté de s'opposer à Emmanuel Macron.

Une image contrastée

L'institut Elabe a également voulu préciser les contours de l'image que les Français ont de Marine Le Pen. 79% la croient "autoritaire", 65% "arrogante", 60% "dynamique", 58% "courageuse". Ils sont 45% à poser qu'elle a de "bonnes idées pour la France". 37% la pensent "sincère". Pour 37% du panel, elle "comprend les gens comme eux", soit dix points de plus qu'Emmanuel Macron, et ils sont encore 37% à la juger "capable de rassembler les Français", contre seulement 30% pour le chef de l'Etat.

En revanche, seuls 34% des Français lui prêtent les "qualités nécessaires pour être présidente de la République", et seuls 29% la trouvent "rassurante".

L'image de Marine Le Pen.
L'image de Marine Le Pen. © Elabe

Le RN, première force d'opposition pour 29% des sondés

Dans le même temps, si 36% des Français renvoient tous les partis et mouvements dos à dos, proclamant qu'aucun d'entre eux n'incarne l'opposition (un total en recul de trois points en quatre mois, de neuf points en six mois), le Rassemblement national arrive en tête des familles politiques citées, avec 29%, au bénéfice d'un gain de cinq points, lui attribuant le leadership de la contradiction au pouvoir actuel.

La France insoumise, seconde, décroche à 15%, contre 19% selon la mesure précédente. Les Républicains doivent se contenter de sept points, et Europe Ecologie-Les Verts de quatre points.

Sondage réalisé sur un échantillon de 1008 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération. Interrogation par Internet les 9 et 10 mars 2021.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV