BFMTV

Séguéla propose de "taxer à 75% les droits d'auteur" de Trierweiler

Jacques Séguéla était l'invité de BFMTV, ce lundi soir.

Jacques Séguéla était l'invité de BFMTV, ce lundi soir. - Capture BFMTV

La tournée  européenne menée par Valérie Trierweiler pour la sortie en langue anglaise de son brûlot Merci pour ce moment ne passe décidément pas en France. Sur BFMTV, le publicitaire Jacques Séguéla a proposé de taxer les revenus du livre de la première dame à 75%, pour reprendre une promesse de campagne de François Hollande.

"C’est absolument lamentable, scandaleux, inique." Invité de BFMTV ce lundi soir, Jacques Séguéla a critiqué à son tour la tournée promotionnelle menée actuellement en Europe par Valérie Trierweiler, alors que sort ce mardi la traduction anglaise de son brûlot-confession, Merci pour ce moment.

Plus que le livre en lui-même, ce sont les remarques émises par l’ancienne compagne de François Hollande sur son pays qui irritent au plus haut point le publicitaire.

"Il ne s’agit plus de la gauche ni de la droite, mais de la France", a-t-il tancé sur notre plateau. "Quand on a été première dame de France, traitée comme elle a été traitée, on a un minimum d’égard. Bravo les droits d’auteur, mais je préfère le droit d’honneur. Et c’est ce qu’il manque à cette dame", a encore accusé le fondateur de l’agence de communication RSCG.

"Qu'on lui prenne 75% de ses droits d'auteur"

"Que déjà elle ait écrit ce livre, c’était scandaleux, on l’a tous dit", s’est remémoré Jacques Séguéla. "Mais qu’en plus elle aille se transformer en femme-sandwich à travers le monde pour dire du mal de son pays (…) On peut ne pas l’aimer quand on est français, on a le droit. Mais quand on est à l’extérieur de la France, on ne dit pas du mal de la France", a poursuivi le publicitaire.

"Un crime contre son pays"

"Il faut rayer son nom d’ex-première dame de France", a-t-il encore ajouté, avant de faire une référence à ce que fut une promesse phare du candidat François Hollande en 2012:

"Et je propose une chose, c’est qu’on rétablisse la taxe à 75% pour elle, qu’on lui prenne 75% de ses droits d’auteurs, alors au moins ça aura servi à quelque chose. Qu'elle vende beaucoup de livres pour renflouer les caisses de l’Etat."

Il faut dire que rien qu'en France, les ventes de Merci pour ce moment auraient rapporté plus d'un million d'euros à la journaliste.

Très remonté contre Valérie Trierweiler, Jacques Séguéla ne s'est pas arrêté là.

"La vengeance d'une femme trompée est un plat qui se mange froid. Mais quand elle se met sur papier glacé et qu'elle joue les stars médisantes de la France, ça, c'est un crime contre son pays", a-t-il conclu.

Onze nouvelles traductions à venir 

Le brûlot, qui sort ce mardi dans les librairies de Grande-Bretagne et qui figure toujours au top des ventes en France, est assuré de rencontrer un large public sur l'autre rive de la Manche, si l'on en juge par l'intérêt soutenu des médias britanniques pour les déboires du couple présidentiel français.

En confirmant le lancement de l'édition anglaise, le bureau d'Anota Jarota, l'agent littéraire de Valérie Trierweiler à Paris, a indiqué que onze autres traductions étaient prêtes ou en chantier: en italien, espagnol, albanais, bulgare, chinois, lituanien, portugais, polonais, roumain, russe et vietnamien.

Jé. M.