BFMTV

Régionales: Jordan Bardella pointe "l'amateurisme le plus total" dans l'organisation du scrutin

Invité de BFMTV-RMC ce lundi matin, le vice-président du Rassemblement national a taclé le gouvernement actuel, l'accusant de ne pas avoir communiqué sur le vote comme il l'avait promis lors de son report.

Au lendemain du premier tour des élections régionales et départementales, au cours desquelles le Rassemblement national, qui comptait frapper un grand coup, a finalement fait un moins bon score qu'escompté, l'eurodéputé et vice-président du parti d'extrême droite Jordan Bardella s'est exprimé sur BFMTV-RMC.

Interrogé sur l'abstention enregistrée dimanche, le candidat en Île-de-France a fustigé "l'amateurisme le plus total" dans l'organisation du scrutin.

"Quand deux tiers des Français ne se déplacent pas, qui plus est deux tiers des électeurs du Rassemblement national ne se déplacent pas, c’est que ce scrutin n’a pas été suffisamment lisible. On avait deux élections en une, j’avais des gens autour de moi, quand on leur disait qu’on allait voter, ils croyaient le premier et le second tour, et pas qu’on avait deux élections le même jour. Evidemment, tout cela a été organisé dans l’amateurisme le plus total, il y a des milliers de gens qui n’ont pas reçu les professions de foi, les bulletins de vote", développe-t-il.

Promesse non-tenue?

Crédité de 13,13% des voix en Île-de-France, loin derrière la présidente sortante Valérie Pécresse, Jordan Bardella a également critiqué la non-prise de parole du gouvernement sur l'élection, ces dernières semaines.

"Lorsque vous n’avez pas reçu les professions de foi et que vous êtes par exemple une personne âgée et que vous n’avez pas forcément d’autres moyens de vous informer, évidemment que vous en pâtissez", affirme-t-il encore.

Avant d'ajouter que selon lui les autorités ont trahi leur promesse d'organiser des élections claires pour tous les Français.

"Je me souviens il y a quelques semaines, quand le gouvernement nous a confirmé le report des élections à la frontière de l’été, à la fin du mois de juin, il s’était engagé à faire des campagnes de communication massives afin d’expliquer l’enjeu du scrutin, de sensibiliser les Français sur le fait qu’il y a deux scrutins le même jour. Il n’y a rien eu de tout ça".

"Il y a des matchs de foot qui font des millions de vues, pourquoi pas des clips avant pour rappeler les dates de l’élection? Il y a un jeune sur deux qui n’était même pas au courant qu’il y avait une élection hier", conclut-il, affirmant encore que "ce sont les dirigeants qui ont dégoûté les Français de la politique".

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV