BFMTV

Réforme des retraites: ce que prévoit le gouvernement d'ici la fin du quinquennat

Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Irak le 28 août 2021

Emmanuel Macron lors d'un déplacement en Irak le 28 août 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Emmanuel Macron pourrait relancer une partie de la réforme des retraites dans les prochaines semaines, pour la mener à bien avant la fin de son mandat.

Depuis plusieurs mois, l'éventualité d'un retour du dossier brûlant de la réforme des retraites avant la fin du quinquennat Macron suscite le débat. Selon nos informations, Emmanuel Macron entend bien rouvrir le dossier. Le sujet sera sans doute évoqué ce mercredi lors du Conseil des ministres.

La réforme pourrait bel et bien passer, du moins en partie, avant 2022. Le texte serait une version allégée de celui de 2019-2020. Il comprendrait simplement la suppression des régimes spéciaux et la mise en place d'une pension minimum de 1000 euros. Le recul de l'âge de départ à la retraite et le passage à un système à points interviendraient alors dans un second temps, lors d'un éventuel nouveau quinquennat.

"Rien n'est exclu, il y a plein de manières d'aborder le dossier. On peut marquer des points avant 2022 en disant on fait ça maintenant, et on fera ça ensuite", confie un proche du président de la République.

Pourtant, lors de son allocution du 12 juillet dernier, Emmanuel Macron assurait devant 22 millions de Français: "Je ne lancerai pas cette réforme tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée".

Un décret pour éviter le Parlement?

Interrogé lundi sur le sujet, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a temporisé en expliquant: "par principe, on n'a jamais donné de calendrier ni rien exclu, la priorité, c'est la reprise économique". Du côté de l'Elysée, on assure que "rien n'est décidé".

Reste à savoir comment Emmanuel Macron envisage de faire passer ce dossier brûlant, huit mois avant la fin de son quinquennat. Pour éviter les débats au Parlement, un décret est envisagé par l'exécutif. Mais pour plusieurs sources au sein de la majorité, faire passer un "sujet aussi sensible par décret" serait "absurde".

Autre piste envisagée, inclure la réforme au projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2022 et la faire voter lors du passage du texte au Parlement cet automne. L'hypothèse fait bondir plusieurs députés de la majorité, qui ne voient pas comment l'Assemblée aurait le temps d'examiner une telle réforme. 

"Une pré-campagne ne favorise pas une telle réforme"

Au sein de l'exécutif, comme de la majorité, plusieurs figures restent dubitatives quant à l'utilité de faire passer la réforme avant la fin du mandat. "On a tout le temps qu'il faut. La réforme d'avant n'a pas été bien comprise. C'est une excellente réforme du début du prochain quinquennat", affirme un cadre de la majorité, très proche du chef de l'État.

"Je ne suis pas pressé. Une pré-campagne ne favorise pas une telle réforme. Il faut repartir du bon pied avec un président de la République légitimement réélu", abonde un ministre.

Quand à Christophe Castaner, patron des députés LaREM, il affirme: "Emmanuel Macron a mis deux conditions pour cette réforme: la reprise économique et la maîtrise de la situation sanitaire. Ce moment n'est pas encore arrivé". Une source au sein de l'exécutif confirme que la priorité reste "le sanitaire et l'emploi", et tempère: "il est possible qu'on ne fasse rien car le pays est encore trop sensible".

La semaine dernière, le Premier ministre Jean Castex prenait la température en recevant les principaux leaders syndicaux et patronaux. De façon quasi-unanime, tous ont affirmé qu'il ne fallait pas toucher aux régimes de pension d’ici à la fin du quinquennat.

Elisa Bertholomey avec Pauline Dumonteil