BFMTV

Présidentielle: le flottement d'Emmanuel Macron

Deux sondages indiquent qu'après des mois de bonne forme auprès de l'opinion la dynamique portant Emmanuel Macron se tasse légèrement. La situation n'est pas encore alarmante pour le candidat à la présidentielle mais pourrait le devenir s'il tarde trop à dévoiler son programme.

Ce mardi, deux enquêtes d'opinion sont venues assombrir, ou en tout cas ont apporté quelques menus nuages, sur la campagne d'Emmanuel Macron. Dans un sondage Opinionway, élaboré auprès de 1.422 personnes entre ce samedi et ce mardi, pour Les Echos, Radio Classique et Orpi, les intentions de vote en sa faveur fléchissent légèrement, à 22% contre 23 précédemment. Le baromètre Odoxa, qui lui examinait la cote de popularité des personnalités politiques en interrogeant 1.001 personnes les 8 et 9 février derniers, a établi que l'ancien ministre de l'Economie avait perdu trois points de bonnes opinions. 

Un "tassement" pas plus

Aucune de ces deux mesures n'est, à strictement parler, inquiétante pour l'aspirant à la fonction suprême de l'Etat. Les baisses signalées sont maigres et n'oblitèrent pas ses chances. Dans le premier sondage, s'il arrive loin derrière Marine Le Pen (créditée de 27% d'intentions de vote), il est tout de même qualifié fictivement pour le second tour. Dans l'autre enquête, la décrue est plus marquée mais...Emmanuel Macron y reste en tête des personnalités politiques les plus sympathiques aux yeux des Français. 

"Je parlerais de tassement, mais pas au-delà", note d'ailleurs pour BFMTV.com Yves-Marie Cann, directeur des études politiques de l'institut de sondages Elabe, avant de poursuivre:

"Ce flottement s'explique car Emmanuel Macron est à la croisée des chemins. Il a beaucoup progressé auprès de l'opinion et cette progression renforce les attentes autour de son programme. Il doit donner des gages aux Français pour leur montrer où il veut aller et leur permettre de se forger une idée claire et précise de la cohérence de son projet."

Un programme trop mystérieux

A l'origine, Emmanuel Macron devait publier son programme dans le cours du mois de février. Il ne le fera finalement que début mars. Une stratégie qui n'est pas sans risque, explique notre sondeur: "Il faut reconnaître qu'il a dévoilé des propositions ces trois derniers mois. Mais il n'a pas fait le travail de mise en cohérence pour que les Français puissent connaître et éventuellement s'approprier son projet. Il ne peut pas attendre plus de 15 jours pour le faire, sinon il pourrait enrayer sa dynamique voire se faire doubler par François Fillon ou même Benoît Hamon."

Si l'on regarde le sondage Odoxa dans les détails, d'autres éléments ont quelque chose de gênant pour le candidat. Ses capacités politiques sont en effet plus contestées: seuls 33% des sondés pensent qu'il ferait un bon chef d'Etat (une chute de huit points) et 46% lui accolent l'adjectif de "compétent", soit une baisse de 14 points en un mois. 

"La campagne est longue et les images des candidats se construisent encore. Mais Emmanuel Macron dispose d'une image moins consolidée que celle d'autres candidats. Il est donc plus exposé à ces fortes variations", explique Yves-Marie Cann qui estime que cette interrogation autour de la compétence du prétendant à la présidentielle est importante car elle "va être replacée dans ce débat où certains l'accusent de ne pas avoir de projet."

Le risque d'une personnalisation excessive de la campagne

Tout ramène donc le fondateur d' "En marche!" à la nécessité de présenter un programme définitif sans trop de délai et à ne pas trop personnaliser sa campagne. Le directeur des études politiques d'Elabe s'inscrit en faux contre l'analyse développée par Emmanuel Macron ce week-end dans le JDD, où il assurait que "la politique (était) une mystique" et que c'était une "erreur de penser que le programme est le coeur d'une campagne": "Il aurait tort de sous-estimer l'importance du programme. Il compte au moins autant que la personnalité des candidats. C'est un tout pour les électeurs," dit ainsi Yves-Marie Cann. 

Robin Verner