BFMTV

Marseille: Michèle Rubirola rappelée à l'ordre par Benoît Payan après avoir suggéré un reconfinement

Michèle Rubirola et son successeur Benoît Payan à Marseille le 21 décembre 2020

Michèle Rubirola et son successeur Benoît Payan à Marseille le 21 décembre 2020 - CHRISTOPHE SIMON © 2019 AFP

La première adjointe et le maire de la ville phocéenne ont eu une explication corsée après les déclarations de Michèle Rubirola sur BFMTV, cette dernière envisageant un reconfinement de Marseille.

"Pourquoi pas un reconfinement ?": c'est avec ces mots prononcés sur BFMTV que Michèle Rubirola, ex-maire EELV de Marseille et désormais première adjointe, a déclenché une politique à la mairie. Selon nos informations, après la diffusion de l'interview, le maire socialiste de la ville Benoît Payan a débarqué, aussi surpris qu'en colère, dans les bureaux de ses conseillers et ceux de sa 1ère adjointe.

Dans cette interview en direct sur BFMTV, Michèle Rubirola affirme qu'elle n'est pas d'accord avec l'avancement du couvre-feu à 18h dans la ville, et suggère plutôt "un reconfinement pour protéger les Marseillaises et les Marseillais, (...) un réel reconfinement pour que ce virus arrête de circuler".

Mais dans la journée ce lundi, Benoît Payan "a fait savoir ce qu'il pensait. Ce n'est pas sa ligne ni celle de la mairie. C'est une prise de décision personnelle de la part de Rubirola", affirme l'entourage du maire, qui redoute les conséquences de tels propos sur les décideurs économiques locaux et l'absence de concertation entre eux sur le sujet. Selon nos informations, Benoit Payan aurait même haussé le ton ce lundi face à son alliée de la campagne des municipales.

"On a à faire des girouettes, des comiques"

"Il a demandé à Michèle (Rubirola) si elle avait des informations pour dire cela. Il pense qu'elle dit trop ce qu'elle pense, c'est un pêché pour un homme ou femme politique, selon lui", constate un proche de l'ancienne numéro 1 devenue n°2.

Des bisbilles internes qui ont dénoncées par l'opposition locale. "Elle dit l'inverse de son maire. Ce sont des incompétents. Ils ne comprennent rien et perdent les pédales", s'offusque un ténor Les Républicains. "On a à faire des girouettes, des comiques", ajoute un député LaRem.

Mais même au PS, la situation exaspère. "Elle a fait des pieds et des mains pour s'opposer au reconfinement il y a 2 mois. Maintenant, elle le réclame", s'emporte une figure socialiste locale.

"Ils se disputent régulièrement" puis "se réconcilient"

L'alliance entre Michèle Rubirola et Benoît Payan a été scellée lors des dernières municipales pour faire basculer la deuxième ville de France à gauche. Certains parlent même d'un pacte secret: à elle la tête de liste pour rassembler toutes les composantes du "Printemps marseillais", à lui la mairie quelques mois plus tard. Le 21 décembre, le premier adjoint devient alors maire de Marseille. Celle qui avait été élue est reléguée 1ère adjointe, notamment pour des raisons de santé.

"Ils se disputent régulièrement. Et après ils se réconcilient. C'est le mystère de ce couple. Ça marche comme cela depuis des années. Et ça continuera", conclut un proche de la première adjointe.
dossier :

Reconfinement

Elisa Bertholomey, Benjamin Duhamel, Alexis Pluyette et Thomas Soulié