BFMTV

Pour Marine Le Pen, il n'y a pas de "discriminations raciales" en France

Visite de Marine Le Pen dans un commissariat de Villeneuve-la-Garenne, le 12 juin 2020

Visite de Marine Le Pen dans un commissariat de Villeneuve-la-Garenne, le 12 juin 2020 - ALAIN JOCARD / AFP

Après plusieurs jours de manifestations contre le racisme et les violences policières, la présidente du Rassemblement national a estimé qu'il n'existe pas de "discriminations raciales" en France mais des "discriminations sociales".

Marine Le Pen a affirmé lundi qu'il n'y avait pas de "discriminations raciales" en France mais des "discriminations sociales", après plusieurs jours de manifestations dans le pays contre le racisme et les violences policières. 

"Je ne crois pas qu'il y ait des discriminations raciales dans notre pays" mais "des discriminations sociales, de manière majeure", a déclaré sur RTL la présidente du Rassemblement national. "Quand on a mis en place les CV anonymes, on s'est rendu compte que les jeunes d'origine étrangère était moins pris dans les entreprises que lorsque le CV n'était pas anonyme. Donc c'est faux, c'est un mensonge, parce qu'encore une fois, on est dans une démarche qui vise à créer des victimes pour pouvoir obtenir le bénéfice d'une discrimination positive", a développé la dirigeante d'extrême droite.

Macron accentue le "processus de communautarisation"

La présidente du RN s'est dite "d'accord avec le président" quand celui-ci a déclaré dimanche que "la République n'effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire" et "ne déboulonnera pas de statue", mais elle a estimé que le président n'était pas "capable de protéger les Français dans ce domaine".

"En réalité ce gouvernement a accompagné ce processus de communautarisation et il continue d'ailleurs à le faire puisque les solutions qu'il propose, ce sont les statistiques ethniques", auxquelles le RN est opposé, a dénoncé Marine Le Pen.

La candidate déjà déclarée à la présidentielle de 2022 a jugé que l'allocution d'Emmanuel Macron dimanche avait été un "exercice de narcissisme indécent" au regard de la crise sanitaire et qu'elle voyait "une aggravation de la dépendance" du pays.

R.B., avec AFP