BFMTV

Pour le président de la commission des lois du Sénat, l'affaire Benalla "n'aurait jamais dû avoir lieu"

Philippe Bas, président de la commission des lois du Sénat ce mercredi sur BFMTV.

Philippe Bas, président de la commission des lois du Sénat ce mercredi sur BFMTV. - -

Le président de la commission des lois, le sénateur Philippe Bas, a estimé qu'Alexandre Benalla, l'ancien chargé de mission de l'Élysée, "aurait dû être licencié dès le 2 mai dernier".

Au terme de nouvelles auditions de la commission d'enquête sénatoriale ce mercredi, le président de la commission des lois du Sénat a considéré sur notre antenne que l'affaire Benalla "n'aurait jamais dû avoir lieu".

"Il aurait suffit, pour cela, de licencier M. Benalla dès le 2 mai dernier, et le rebondissement n'aurait pas dû avoir lieu non plus", a regretté Philippe Bas sur notre antenne. "Il aurait suffi pour cela que tous les attributs de sa fonction soient retirés au moment où la fonction de M. Benalla a cessé".

Un document falsifié?

Outre différents passeports diplomatiques et de service qui lui ont servi de nombreuses fois depuis son licenciement, comme l'a affirmé Patrick Strzoda ce mercredi lors de son audition, Le Canard enchaîné révèle dans son édition de ce jour qu'Alexandre Benalla a quitté ses fonctions en gardant en sa possession un téléphone classé secret-défense.

Lors de son audition devant la commission, le directeur de cabinet du président Patrick Strzoda a en outre accusé Alexandre Benalla d'avoir "falsifié" un document en vue d'obtenir un passeport de service. Des propos qui n'ont pas été démentis par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui a répété que ce document "n'avait pas été signé" par Alexandre Benalla.

"Ce que nous avons appris aujourd'hui (mercredi) ne plaide pas en faveur de l'efficacité du fonctionnement de l'Etat" a ajouté le président de la commission sur notre antenne.

Jeanne Bulant