BFM Business

Qu’est-ce que le Teorem, le téléphone classé secret-défense conservé par Alexandre Benalla ?

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Bertrand GUAY / AFP

Le précieux téléphone, ultra-sécurisé, a été développé par Thales. L'ex-chargé de mission à l'Élysée l'a restitué tardivement le 11 janvier, bien après son départ, d'après les révélations du Canard enchaîné.

Alexandre Benalla aura eu du mal à s'en séparer. Alors que s'amorce la deuxième série d'auditions de la commission d'enquête du Sénat pour apporter des éclaircissements à l'affaire Benalla, Le Canard enchaîné a révélé que l'ex-chargé de mission de l'Elysée avait conservé un Teorem attribué dans le cadre de ses anciennes fonctions jusqu'au 11 janvier, soit près de six mois après son éviction. 

Ce téléphone ultra-sécurisé, développé par la direction générale de l'armement (DGA) et l'entreprise Thales, est un mobile à clapet, aux touches physiques. Il est prisé du président, de son proche entourage et des militaires pour passer des appels importants, le niveau maximal de sécurité étant atteint lorsque les deux interlocuteurs disposent de cet appareil. 

"Teorem permet à ses utilisateurs de passer des communications claires et sécurisées jusqu'au niveau "secret défense", en France comme à l'étranger", note ainsi le ministère des Armées sur son site. Dans son rapport annuel, l’Autorité Nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI), à laquelle incombe la sécurité numérique de l'Etat, indiquait que 3 325 Teorem étaient utilisés en France en 2017. 

Surtout, le mobile à l'apparence austère est en mesure d'identifier le correspondant grâce à un certificat numérique et d'attribuer un degré de confidentialité à l'appel effectué: non protégé, confidentiel défense, ou secret défense.

Un modèle de Teorem, présenté le 3 novembre 2015.
Un modèle de Teorem, présenté le 3 novembre 2015. © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Pas de répertoire

Seul hic pour cet appareil haut de gamme: afin de préserver au mieux les coordonnées sensibles de personnes à responsabilités, le Teorem ne comporte pas de répertoire. Un ancien numéro du Canard Enchaîné, du 30 octobre 2013, notait ainsi qu'en son temps, un assistant de l'ancien président Nicolas Sarkozy "trimballait en permanence avec lui un annuaire papier". Par ailleurs, l'appareil n'intègre aucune application.

Les caractéristiques précises du Teorem, qu'il s'agisse de son poids, de sa taille ou des technologies embarquées, restent un secret bien gardé. Son prix, lui, dépasse les 2000 euros. En octobre 2013, Le Canard Enchaîné indiquait une commande de la DGA de 14 000 de ces terminaux, pour 30 millions d'euros, soit 2100 euros par téléphone.

Remercié après sa mise en examen pour "violence volontaire" sur manifestants le 1er mai 2018, Alexandre Benalla aurait dû restituer son Teorem à son départ de l'Élysée. Selon Le Canard enchaîné, l'ancien fonctionnaire n'a proposé de rendre le portable que vendredi dernier, par le biais de son avocate Jacqueline Laffont, sans que le Palais ait jamais réclamé l'onéreux appareil. Pour cet acte illégal, Alexandre Benalla s'expose à une peine allant jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende, assure le Canard Enchaîné.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech