BFMTV

Pour François Fillon, Nicolas Sarkozy "n'a pas convaincu les Français"

-

- - Damien Meyer - AFP

François Fillon fait sa rentrée politique et compte bien se glisser dans le duel Juppé-Sarkozy. L'ancien Premier ministre s'en prend à Nicolas Sarkozy, et cible son deuxième adversaire: François Hollande.

Discret tout au long de l'été, François Fillon revient dans la campagne, et fait de Nicolas Sarkozy sa première cible. Dans une interview au Monde, l'ancien Premier ministre étrille son ancien patron, et ne manque pas de livrer une critique sévère de l'action de François Hollande.

"Trop de demi-mesures"

Le député de Paris l'a bien compris: il faut casser la dynamique de Nicolas Sarkozy, même si celle-ci peine encore à montrer ses effets. Ainsi l'ancien pensionnaire de Matignon attaque frontalement l'ancien chef d'Etat et critique ceux qui, dans son camp, "courent après le FN pour gagner les élections".

"L’élection présidentielle ne peut pas se résumer à un débat sur le terrorisme. C’est le choix de l’avenir de notre pays, d’un modèle de société, pas le choix d’un super-ministre de l’Intérieur" estime François Fillon. 

Une critique directe de son encombrant concurrent à la primaire de la droite et du centre, qui a été ministre de l'Intérieur pendant deux ans entre 2005 et 2007, et qui a lancé sa campagne sur un axe très droitier. Une campagne que François Fillon ne trouve pas convaincante. Pour l'ancien Premier ministre, Nicolas Sarkozy n'a pas changé... et son programme non plus. 

"Même ton, mêmes thèmes et trop de demi-mesures. (…) Il n’a pas tiré toutes les conséquences de la situation présente. Ce n’est pas le programme innovant qui permettrait un choc psychologique" pour le candidat à la primaire.

Hollande "à bout de souffle"

Autre cible de François Fillon, le président François Hollande. Probable candidat à sa réélection, le chef de l'Etat est pour le moment esseulé jusque dans son propre camp. Une situation que François Fillon ne manque pas de remarquer. 

"Hollande est à bout de souffle. Il ne lui reste qu’un atout : son habileté. Il a compris que sa seule chance de réélection est de rééditer le débat de 2012. 2017 ne doit pas être la revanche de 2012" juge François Fillon.

A la peine dans les sondages, François Fillon souhaite pourtant incarner le renouvellement politique en remportant cette primaire à droite. Et même en critiquant François Hollande, le député des Républicains n'en oublie pas de placer un dernier taquet à Nicolas Sarkozy, l'"ancien président de la République".

"Le débat ne doit pas se résumer à un duel entre François Hollande qui a échoué et un ancien président de la République qui n’a malheureusement pas convaincu les Français en 2012."

dossier :

Nicolas Sarkozy

P.A.