BFMTV

Pour Christian Estrosi, "si le journal du hard existait encore, peut-être que Mme Schiappa irait"

Christian Estrosi

Christian Estrosi - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Le maire de Nice s'est laissé aller à un commentaire sexiste alors qu'il était interrogé sur la participation de Marlène Schiappa à une émission de divertissement.

Quelques heures après l'annonce de la participation de Marlène Schiappa à l'émission "Balance ton Post" présentée ce vendredi par Cyril Hanouna dans le cadre du grand débat national, les réactions se multiplient. Si pour la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, il s'agit d'une aubaine pour "ramener des gens vers le débat public", l'idée a été vivement critiquée, jusqu'au Sénat. 

Ce mercredi, c'est Christian Estrosi, maire Les Républicains de Nice dans les Alpes-Maritimes qui y a été de son commentaire indigné sur Sud-Radio. Après avoir souligné qu'il s'agissait d'une "gadgetisation de la vie politique, ce dernier s'est laissé à un commentaire sexiste.

"J'ai de la sympathie pour les émissions de divertissement, mais là, on dépasse les limites. Si le journal du hard existait encore, peut-être que Madame Schiappa irait!" a-t-il en effet ajouté. 

Il s'est ensuite interrogé: "Est-ce qu'on veut continuer à décrédibiliser la vie publique dans notre pays ou au contraire, la remettre dans la place qui doit être la sienne?"

Excuses sur Twitter

Quelques minutes plus tard, et devant l'indignation que suscitaient les propos de l'élu niçois, ce dernier s'est adressé directement à Marlène Schiappa via les réseaux sociaux. Esquissant un début d'excuses, "si vous avez été choquée par mon interrogation je tiens à m’en excuser", Christian Estrosi a malgré tout tenu à souligner une nouvelle fois que sa participation à l'émission "contribue à décrédibiliser la vie publique."

De son côté, le Secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi a montré son soutien envers Marlène Schiappa, rappelant sur Twitter les différentes remarques sexistes dont cette dernière avait déjà été victime. 

"Ces phrases balancées à Marlène Schiappa sont autant de gifles envoyées au visage de toutes les filles et les femmes qui les entendent. Tout mon soutien et ma colère" a-t-il ajouté. 

Hugo Septier