BFMTV

Pour 6 Français sur 10, Macron ne comprend pas les "difficultés sociales"

Le président français Emmanuel Macron le 20 novembre 2019

Le président français Emmanuel Macron le 20 novembre 2019 - Thibault Camus - POOL - AFP

Emmanuel Macron a du mal à se défaire de cette image de président déconnecté des difficultés de ses concitoyens.

Un an après le début du mouvement des gilets jaunes et à quelques jours d'une grève nationale à laquelle appellent de nombreux syndicats, Emmanuel Macron semble toujours déconnecté des Français, selon une partie de la population. D'après un sondage Viavoice pour Libération, pour 64% des Français interrogés, le président de la République ne comprend pas la réalité des "difficultés sociales actuelles".

Pour 42% des sondés, il comprend "très mal", et pour 22% "assez mal". Seules 9% des personnes interrogées déclarent qu'il comprend "très bien" ces difficultés, 22% "assez bien".

Parmi les difficultés citées par les sondés: le coût de la vie (69%), les inégalités sociales (51%) ou encore le manque de moyens et de personnels dans certains services publics (51%). Pour ce sondage, un échantillon représentatif de 1003 personnes a été interrogé du 15 au 18 novembre 2019.

Une image de déconnecté dont Macron a du mal à se défaire

Cette image de déconnexion, d'incompréhension des difficultés de la population, colle à la peau du chef de l'État, et est ressassée par ses opposants politiques. "Macron vit dans la caste, baigne dans la caste, prend des décisions pour la caste", déclarait le député La France insoumise François Ruffin en mars 2019. Macron est "déconnecté de la vie quotidienne des Français", estimait déjà Laurent Wauquiez, alors chef du parti Les Républicains, en avril 2018.

En janvier 2019, dans un sondage BFMTV, 39% des personnes interrogées décrivaient Emmanuel Macron comme "arrogant". Sa "déconnexion à l'égard des réalités quotidiennes" était alors la première remontrance des sondés.

Le président a essayé à plusieurs reprises de casser cette image. Dans un entretien sur BFMTV vendredi dernier, Emmanuel Macron s'est défendu d'avoir "négligé le mouvement des gilets jaunes". "J’ai fait des erreurs, comme ne pas voir qu’il fallait une transition et qu’il fallait aider les classes moyennes et populaires", a-t-il déclaré.

Salomé Vincendon