BFMTV

"Philippe gère son risque pénal": de Villiers raconte son coup de fil avec Macron sur le déconfinement

Philippe De Villiers a évoqué sur BFMTV ce mardi soir le contenu d'une conversation téléphonique acerbe avec le président Emmanuel Macron.

Invité ce mardi soir sur l'antenne de BFMTV afin d'évoquer son nouveau livre Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde, Philippe De Villiers a eu la dent dure contre le gouvernement actuel. 

"Macron est amer"

Après avoir assuré que Christophe Castaner et Nicole Belloubet avaient "la pétoche" en ce qui concerne les violences policières, l'ancien député de Vendée s'en est également pris à la gestion de la crise du coronavirus par les autorités. 

"J'ai eu une conversation le 17 mai avec Emmanuel Macron, je lui ai demandé pourquoi Édouard Philippe fait ça, pourquoi il ne déconfine pas plus vite? Pourquoi les mêmes qui interdisaient les masques nous obligent quand ce n’est plus nécessaire? Il m’a dit 'il gère son risque pénal'. Il y avait un désaccord entre eux et Macron est amer de voir que Philippe est plus populaire, il voulait déconfiner plus vite", explique-t-il.

Pour Philippe de Villiers, les décisions prises durant les semaines de confinement l'ont été sous l'emprise de la panique. "Le conseil scientifique a dit attention, voilà les modélisations, qui disent qu’il y aura 500.000 morts. Les scientifiques auraient dû être plus raisonnables."

Selon lui, une autre politique durant cette crise sanitaire était possible. "On pouvait faire comme d’autres pays, et comme on a fait le déconfinement, un confinement ciblé. On pouvait le faire géographiquement en définissant des périmètres sur Mulhouse et l’Oise, et laisser vivre le reste de la France. [...] Il y a eu une bonne idée dans le déconfinement, c’est la carte rouge et verte. On aurait dû le faire pour le confinement", a-t-il ajouté.

"Tout vous donne raison" 

En ce qui concerne sa relation avec Emmanuel Macron, Philippe De Villiers estime qu'il lui "fait entendre une autre parole que celle du village global."

"La dernière fois, il m’a dit 'tout vous donne raison.' [...] Je lui dis qu’il faut retrouver les protections régaliennes, l’autonome stratégie, une agriculture débarrassée de l’agrochimie mondialiste, il faut rendre aux maires leurs pouvoirs, et faire une Europe de de Gaulle, de l'Atlantique à l'Oural."

En ce qui concerne une possible nouvelle candidature d'Emmanuel Macron en 2022, Philippe De Villiers a assuré ne pas avoir d'informations.

"On n’est plus dans la même société, on est dans une société liquide, tout peut arriver, surtout après ce qui vient de se passer. Les Français sont devenus des troglodytes recroquevillés, un moment ils vont ôter les masques et on va voir", conclut-il. 
Hugo Septier