BFMTV

Hollande à Cuba: "Sarkozy dormait presque avec Kadhafi", rappelle Hamon

Le PS juge "grotesque" les cris d'orfraie de l'UMP sur la rencontre entre Fidel Castro et François Hollande, lundi à Cuba. Benoît Hamon rappelle d'ailleurs que Nicolas Sarkozy avait, lui, reçu à Paris le dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

A l'instar d'autres membres de son parti, le député UMP Bruno Le Maire a critiqué mardi la rencontre à Cuba entre François Hollande et Fidel Castro. "Je suis fasciné par la complaisance de la gauche française vis à vis du régime castriste qui est une dictature de la pire espèce qui a opprimé des dizaines de milliers de Cubains (…) qui a contrôlé la liberté de la parole à Cuba, qui a emprisonné et fait violence aux homosexuels de Cuba. C’est ça la réalité du régime castriste", a exposé le député de l'Eure.

Un constat pas très différent de celui que faisait en 2003 François Hollande lui-même, alors Premier secrétaire du Parti socialiste. "La belle révolution de 1959 contre la dictature de Batista (...) s'est transformée en cauchemar politique : pouvoir personnel, voire familial, refus d'élections libres, censure, répression policière, enfermement des dissidents, camps de travail, peine de mort, bref, l'arsenal complet d'une dictature", écrivait-il dans une tribune publiée par Le Nouvel Obs.

"Grotesque"

"Ça ne me choque pas", a réagi mardi Benoît Hamon. Interrogé sur ces critiques, le député socialiste a rappelé que François Hollande s'était exprimé à Cuba sur les droits de l'homme et que le dictateur n'en n'était pas un, mais un "retraité".

"Monsieur Sarkozy dormait presque avec monsieur Kadhafi sous une tente à Paris et il est choqué?", a également noté l'ancien ministre de l'Education.

Jean Glavany a jugé "grotesque" que l'UMP critique la visite de François Hollande à Fidel Castro à Cuba.

"Vous voulez que je vous fasse la liste des dictateurs que l'UMP fréquente depuis des décennies?", a-t-il déclaré.

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur les venues en France du Syrien Bachar al-Assad ou du Libyen Mouammar Kadhafi lorsque sa famille politique était au pouvoir, Bruno Le Maire avait botté en touche mardi matin.

dossier :

Benoît Hamon

K. L. avec Thomas Soulié