BFMTV

Morano aimerait que Baroin remplace Fillon

Nadine Morano, eurodéputée LR a demandé à François Fillon que celui-ci se retire. Elle a également affirmé que François Baroin était le candidat idéal pour rassembler les français.

L'eurodéputée Nadine Morano (LR) a demandé vendredi que François Fillon arrête sa campagne en vue de la présidentielle et qu'il "accompagne" Les Républicains "dans un processus de désignation d'un nouveau candidat". Interrogée par Jean-Michel Apathie sur France Info, elle a expliqué que "si il fallait passer la main, il faut aussi faire un saut générationnel". Elle a affirmé qu'elle ferait tout pour que François Baroin se présente.

"Quel est celui qui rassemblerait le plus ? François Baroin a été ministre, il est sénateur, il est président de l'association des Maires de France, il a été parlementaire, vice-président de l'Assemblée nationale, il a ces talents de rassemblement (...) François Baroin est un homme de responsabilité et je le sais respectueux des personnes comme il l'est de François Fillon, comme nous le sommes tous."

"Coup monté politique"

La député européenne Les Républicains, a également évoqué la campagne difficile de François Fillon, minée par les soupçons d'emploi fictifs qui pèsent sur sa famille. Une victoire serait même problématique: "Quel quinquennat allons nous traverser ? Parce que sa femme peut être mise en examen pendant ce quinquennat".

"Je lui ai dit qu'à sa place j'arrêterais (...) François Fillon à la stature, l'expérience, mais j'ai peur que les Français ne nous amènent pas au second tour. Voilà quelqu'un qui porte un vrai programme pour la France mais qui est tirée dans un coup monté politique et qui nous emmène tous vers ce désastre", a t-elle affirmé.

Mercredi, les juges en charge de l'affaire Fillon, ont annoncé que ce dernier été convoqué le 15 mars en vue d'une éventuelle mise en examen. Penelope Fillon est également convoqué le 18 mars. La date limite de dépôt des parrainages a été fixée au 17 mars par le Conseil Constitutionnel. François Fillon avait annoncé dans la foulée son souhait de maintenir sa candidature. Depuis, de nombreux parlementaire LR ont affirmé ne plus soutenir la campagne du vainqueur de la primaire de la droite.
G.D.