BFMTV

Bayrou juge le programme de Fillon "dangereux"

François Bayrou sur le plateau de TF1

François Bayrou sur le plateau de TF1 - Capture d'écran BFMTV

Le président du Modem, qui soutient Alain Juppé à la primaire de la droite, prend position contre François Fillon.

François Bayrou va-t-il se présenter à la présidentielle? S'il n'a pas encore répondu à cette question, le président du Modem, soutien de longue date d'Alain Juppé dans la primaire de la droite, s'est exprimé ce mardi pour la première fois à propos de François Fillon, arrivé largement en tête du premier tour de la primaire. Il juge son programme "dangereux".

Ce faisant, le centriste laisse ouvertes les hypothèses en cas de victoire de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy au second tour de cette primaire... y compris celle d'une candidature. Il avait en effet prévenu qu'en cas d'élimination d'Alain Juppé, il se présenterait contre Nicolas Sarkozy à la présidentielle. Nicolas Sarkozy est éliminé, mais la perspective de soutenir François Fillon ne semble pas convenir non plus à François Bayrou. 

"Les choix que je découvre dans le projet que présente François Fillon sont des choix qui me paraissent dangereux pour l'alternance et pour le pays", a déclaré François Bayrou. L'un de ses proches rapporte que la "proximité" affichée par l'ancien Premier ministre avec le président russe Vladimir Poutine "est un sujet" d'inquiétude et de désaccord.

Le triomphe des "noyaux durs" de la droite

François Fillon a engrangé une forte avance sur Alain Juppé au premier tour de la primaire dimanche, grâce notamment à une forte mobilisation des réseaux catholiques et conservateurs de la Manif pour tous, du mouvement "Sens commun" qui en est issu, et du patronat ultra-libéral. 

De quoi donner raison au dirigeant centriste, pour qui cette primaire ne pouvait qu'être le "triomphe des noyaux durs" de la droite. Dans l'entourage du président du Modem, on y voit aussi un effet de la chute de l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, et de l'effondrement de Bruno Le Maire. François Bayrou estime cependant que rien n'est perdu pour Alain Juppé, dont il juge le projet "beaucoup plus progressif". "Je le soutiens absolument. Il peut encore gagner. Tout va se jouer au débat" de jeudi entre les deux candidats", dit-il. La suite reste donc totalement ouverte. "Je suis absolument libre de mes choix, que je ferai en fonction de l'intérêt national", conclut François Bayrou.

A. K. avec agences